Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Face à face entre l'ARS et les salariés de l'hôpital de Chalon-sur-Saône : bientôt la grève générale ?

vendredi 4 janvier 2019 à 5:06 Par Sophie Allemand, France Bleu Bourgogne

Les soignants du bloc opératoire de l'hôpital William-Morey à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) sont en grève depuis le 24 décembre. Pierre Pribile, directeur général de l'Agence régionale de Santé, s'est déplacé jeudi pour communiquer avec les salariés, dans un climat tendu.

L'hôpital de Chalon-sur-Saône ce jeudi 04 janvier
L'hôpital de Chalon-sur-Saône ce jeudi 04 janvier © Radio France - Sophie Allemand

Chalon-sur-Saône, France

L'hôpital William-Morey à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) pourrait bien entrer grève générale. Les soignants du bloc sont déjà en grève depuis le 24 décembre dernier. Ce jeudi 3 décembre, Pierre Pribile, le directeur général de l'Agence régionale de Santé (ARS) s'est déplacé pour communiquer avec les salariés qui étaient plusieurs centaines. Ce face-à-face tendu a duré plusieurs heures, sans réel résultat.

L'établissement ouvert en 2011 est endetté de 4,5 millions d'euros et tous les services se serrent la ceinture depuis des mois. Ils dénoncent la dégradation des conditions de travail depuis le début du plan économique. Et cerise sur le gâteau, l'annonce tant attendue de l'implantation d'une plateforme d'angioplastie pour les soins en cardiologie n'a pas eu lieu.

Un ras le bol très fort des soignants, des réponses peu concrètes

"On est épuisé", "On réalise des tâches de chambre en chambre comme à l'usine" : témoignages de soignants

Suppression de trois RTT par an, baisse des effectifs, presque plus de temps de pause pour déjeuner, alliance entre les différents centres hospitaliers... Tout le monde est à bout. En cause notamment : la tarification à l'acte qui pousse la direction de l'établissement, selon les syndicats, à vouloir faire toujours plus de chiffre avec toujours moins de moyens. Et surtout, le plan d'économies drastiques imposé par l'ARS.

A gauche, la directrice de l'hôpital. A droite, le directeur général de l'ARS. Face à eux, près de 500 personnes en colère - Radio France
A gauche, la directrice de l'hôpital. A droite, le directeur général de l'ARS. Face à eux, près de 500 personnes en colère © Radio France - Sophie Allemand

Un décalage entre les arguments et les réponses

L'angioplastie ? Ce n'est pas pour tout de suite à Chalon 

C'est une revendication symbolique, une installation qui manque à l'établissement. C'était l'annonce la plus attendue, mais ce fût une déception. 

L'ARS attend d'atteindre des objectifs avant de développer cette activité. "Cela devait se faire dans la coopération de trois hôpitaux publics : l'hôpital de Macon, Châlon et Dijon", qui auraient signé l'accord, selon Pierre Pribile. Il faut maintenant atteindre les objectifs fixés, cela pourrait prendre des mois voir des années, a acquiescé le directeur général de l'ARS. 

Arnaud Dellinger est responsable du service cardiologie. Il a démissionné de son poste de président de la commission médicale car le dossier n’avançait pas, mais ne lâche rien. Il craint qu'une tragique prophétie ne se réalise :

"Monsieur le Directeur général, sachez que depuis juillet 2018 nous continuons de voir des personnes jeunes, devenir après un seul infarctus pris en charge trop tardivement ... De grands insuffisants cardiaques qui seront handicapés à vie. Faudra-t-il un accident médical avec plainte contre l'établissement, pour obtenir des gestes précis et datés ?" - Arnaud Dellinger

Alors il n'y a pas encore d'annonce officielle des syndicats, mais les autres services pourraient bien se montrer solidaires et rejoindre leurs collègues du bloc en grève illimitée. Ils ont déjà demandé la démission de la directrice de l'hôpital.

Des affiches comme celles-ci sont posées sur les murs de l'établissement - Radio France
Des affiches comme celles-ci sont posées sur les murs de l'établissement © Radio France - Sophie Allemand
Solidarité entre les usagers et les différents services - Radio France
Solidarité entre les usagers et les différents services © Radio France - Sophie Allemand