Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Société

Rassemblement à Périgueux en faveur de l'euthanasie

vendredi 2 novembre 2018 à 16:51 Par Corinne Duval, France Bleu Périgord

Une trentaine de personnes se sont réunies, en fin de matinée, près de la poste de Périgueux pour réclamer une loi sur la fin de vie qui respecte la volonté des patients. Rassemblement organisé une fois par an, le 2 novembre, par l'Association pour le Droit à Mourir dans la Dignité (ADMD).

Le rassemblement à l'appel de l'Association pour le Droit à mourir dans la Dignité
Le rassemblement à l'appel de l'Association pour le Droit à mourir dans la Dignité © Radio France - Corinne DUVAL

Périgueux, France

Une trentaine de personnes se sont réunies vendredi, place André Maurois, à Périgueux pour dénoncer l'absence de loi qui pourrait garantir le libre arbitre en matière de fin de vie. Certaines personnes portent des pin's sur lesquels on peut lire : "Mon corps m'appartient" ou "Ma vie m'appartient".

L'Association pour le Droit à Mourir dans la Dignité (ADMD) réunit chaque années ses sympathisants, le 2 novembre, jour des morts "qui n'ont pas pu choisir leur fin de vie" dit la délégué départemental de l'association, Dominique Attingré.

La loi Léonetti ne permet pas de choisir la façon dont on veut mourir

La loi Léonetti de 2005 et la loi Léonetti-Claeys de 2016 ne tiennent toujours pas compte de la volonté du patient rappelle Dominique Attingré puisque c'est, au final, au médecin de décider. D'où la forte hausse du nombre de personnes qui se rendent en Suisse ou en Belgique pour être euthanasiés. Plus de 700 cette année note Dominique Attingré qui souligne que la Belgique rechigne de plus en plus à euthanasier des français, de plus en plus nombreux.