Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Rassemblement des policiers bordelais après le suicide de 28 collègues en France

-
Par , France Bleu Gironde

Une centaine de policiers s'est rassemblée devant l'Hôtel de Police de Bordeaux ce vendredi 19 avril. Ils ont répondu à l'appel des syndicats qui dénoncent les suicides dans la police en France. En tout, 28 policiers sont morts depuis le début de l'année.

Une centaine de policiers s'est rassemblée devant le commissariat de Bordeaux.
Une centaine de policiers s'est rassemblée devant le commissariat de Bordeaux. © Radio France - Nina Valette

Bordeaux, France

Depuis le mois de janvier, 28 policiers se sont suicidés en France. Un chiffre impressionnant qui pousse les organisations syndicales à réagir. Ce vendredi, les policiers de la France entière se sont rassemblés à 11h30 devant les commissariats. A Bordeaux, ils étaient une centaine.   

Un ras-le-bol général 

"28 suicides en quatre mois, c'est une véritable tragédie", raconte Eric Marroqc secrétaire régional du syndicat Alliance en Nouvelle Aquitaine. "Tous les syndicats se mobilisent, c'est assez rare. Il est temps de dire stop. Nous sommes là, dans un esprit de soutien pour les familles, mais aussi pour alerter au plus haut sommet de l'Etat. Il faut absolument qu'on soit reçu, il faut organiser des 'états généraux' de la police pour mettre fin à ce fléau", souligne le syndicaliste.   

Des policiers qui tiennent tous le même discours devant le commissariat de Bordeaux. "Nous sommes fatigués. Depuis le mois de juin et les manifestations des gilets jaunes, nous avons beaucoup de pression" raconte Antonio, un policier. Pour Eric Marroqc du syndicat Alliance, le mal-être est bien plus vieux : "Depuis janvier 2015 et les premiers attentats, ça n'arrête pas. Les manifestations contre la loi El Khomri (Loi relative au travail), encore des attentats, aujourd'hui depuis le 17 novembre, il y a des manifestations chaque week-end. _Les collègues sont à bout de force_", raconte le secrétaire régional Alliance. 

Avant d'être flics, nous sommes des hommes - Antonio, policier bordelais 

Déjà 28 suicides de policiers depuis le début de l'année  - Radio France
Déjà 28 suicides de policiers depuis le début de l'année © Radio France - Nina VALETTE

Sur les marches du commissariat, Antonio est très ému par la vague de suicides chez les policiers. A bientôt 30 ans de service, il n'a jamais vu ça. Mais il regrette surtout le manque de soutien de la profession : "On doit concilier notre vie professionnelle et la vie privée. C'est très difficile. On raconte pas toujours notre quotidien à nos proches, et c'est lourd à porter. _Le nombre de divorces dans la profession est énorme_. Mais avant d’être des flics, nous sommes des hommes. Vous voyez, je suis ému quand je vous dis ça... parce qu'on a des collègues qui ont des gestes irréparables. J'aime profondément ce métier. Mais il évolue et pas dans le bon sens" insiste le policier, les larmes aux yeux.

La flamme est éteinte - Jean-Pierre, policier

Pire, pour certains, la flammes n'est même plus là. Jean-Pierre est policier depuis 28 ans, pour lui aussi le métier a changé : "On a une conscience professionnelle donc nous sommes tous les jours sur le terrain, mais c'est vrai que c'est mécanique. L'envie n'est plus vraiment là, la motivation non plus. _La flamme est éteinte_. Et c'est très compliqué de retrouver la motivation aujourd'hui. Je ne vois pas d'issue concernant le métier dans les prochaines années."

Ces policiers bordelais espèrent une réaction du gouvernement. En attendant, ils préparent la nouvelle journée de mobilisation des Gilets Jaunes ce samedi dans les rues de Bordeaux. 

Choix de la station

France Bleu