Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des soignants rassemblés devant le ministère de la Santé clament leur "amour pour l'hôpital public"

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Un rassemblement symbolique pour déclarer leur "amour pour l'hôpital public" : une vingtaine de soignants se sont rassemblés devant le ministère de la Santé ce dimanche 14 février. Ils réclament davantage de moyens, alors que les professionnels de santé sont essorés par la crise sanitaire.

Des soignants se sont rassemblés devant le ministère de la Santé pour réclamer plus de moyens
Des soignants se sont rassemblés devant le ministère de la Santé pour réclamer plus de moyens © AFP - BERTRAND GUAY

Un rassemblement en petit comité mais symbolique : en ce jour de Saint-Valentin, une vingtaine de personnes dont des soignants se sont réunies sur le perron du ministère de la Santé à Paris, ce dimanche, pour dire leur "amour pour l'hôpital public". La CGT, SUD, l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf) ou encore les collectifs Inter-Urgences et Inter-Hôpitaux avaient appelé à cette action pour réclamer davantage de moyens, notamment face à la crise sanitaire.

"C'est un message d'amour, notre amour pour l'hôpital public, notre amour pour l'importance du service public hospitalier", déclare Patrick Pelloux, président de l'Amuf, à l'AFP. Un an après le début de la crise sanitaire en France, la situation reste "très difficile", estime-t-il : "nous avons _vraiment des problèmes majeurs à gérer la crise_. Il n'y a pas eu, par exemple, de lits de réanimation médicale ouverts depuis un an", au-delà des lits éphémères déployés pour faire face à l'urgence. 

On est fatigués, ça fait un an qu'on est sur le front.

"Aujourd'hui, _l'hôpital est toujours dans un état de délabrement très avancé_. On est resté à quelque 5.000 lits de réanimation. Rien n'a été fait depuis un an", dénonce Christophe Prudhomme, médecin urgentiste en Seine-Saint-Denis et responsable CGT. Les soignants réclament aussi une revalorisation pour les professionnels de santé

Choix de la station

À venir dansDanssecondess