Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Rassemblements de plus de six personnes en extérieur : la menace de sanctions passe mal chez les Nantais

-
Par , France Bleu Loire Océan

Le gouvernement demande un contrôle plus strict des rassemblements en extérieur pour faire respecter la limite de six personnes par groupe. Une amende de 135 euros à la clé. A Nantes, les étudiants rejettent largement ce nouveau tour de vis.

Le quai Turenne, quartier Feydeau à Nantes, est toujours pris d'assaut par les étudiants en médecine pour les pauses déjeuner.
Le quai Turenne, quartier Feydeau à Nantes, est toujours pris d'assaut par les étudiants en médecine pour les pauses déjeuner. © Radio France

Du soleil et de la douceur au programme du week-end, selon Météo France ! Idéal pour pique-niquer sur les bords de l'Erdre ou se balader sur les plages de Loire-Atlantique et de Vendée. Mais il ne faudra pas être plus de six personnes par groupe. Le gouvernement a remis la pression, ce mercredi 24 mars, sur les rassemblements extérieurs. Les contrôles seront renforcés avec une amende systématique de 135 euros par personne si l'on dépasse la limite. Ce nouveau tour de vis passe mal chez les Nantais, nombreux à s'installer le long des quais pour profiter du beau temps. 

"Je n'ai pas le sentiment d'être hors la loi". A Nantes, l'interdiction de se rassembler à plus de six en extérieur passe mal

"Je n'ai pas le sentiment d'être hors la loi"

Le quai Turenne, quartier Feydeau en face du CHU de Nantes, est toujours pris d'assaut par les étudiants en médecine. On se retrouve et on ôte le masque. Et parfois ils sont nombreux, une quinzaine ici. Dans le groupe, il y a Madeleine. La jeune femme est sereine : "On se côtoie tous au quotidien dans d'autres contextes. On travaille ensemble, on va au restaurant universitaire ensemble, il y en a pas mal qui sont en coloc ici. Donc je ne vois pas plus de danger. Et puis on est en plein air !"

Une mesure largement rejetée par les étudiants nantais

En apprenant le coup de pression du gouvernement sur les rassemblements en extérieur, la Nantaise s'est sentie pointée du doigt. "Je passe mes journées à travailler. Le midi, je pique-nique juste avec des copains en plein air. Je n'ai pas le sentiment d'être hors la loi". Réaction partagée par la très grande majorité des étudiants autour. 

Pas question, pour eux, de changer leurs habitudes et de se plier à la limite des six. "Si je vois des gens qui s'approchent pour me faire comprendre que je dois m'écarter, je le ferai tout de suite, mais je ne vais pas faire attention [au nombre de personnes]", explique Romain. Pour Inès, la mesure est absurde : "Si on ne se retrouve pas à l'extérieur on se retrouve à l'intérieur dans un appartement, donc je ne vois pas en quoi ça serait mieux".

Une mesure qui exaspère Marie, étudiante en médecine à Nantes

Au bord de la Loire, les pique-niques et les apéritifs réunissent aussi de nombreux Nantais chaque jour (photo ci-dessous). Il vaut tout de même mieux être prudent. Le préfet de région a prévenu que les contrôles seraient renforcés tout le week-end.

Les bords de Loire en fin de journée, ce jeudi 25 mars.
Les bords de Loire en fin de journée, ce jeudi 25 mars. © Radio France
Choix de la station

À venir dansDanssecondess