Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Rassemblements de policiers isérois après le décès de leur collègue du Rhône percuté par un fourgon

-
Par , France Bleu Isère

Ce mardi, plusieurs syndicats de police appellent à des rassemblements devant les commissariats en souvenir de leur collègue du Rhône. Franck L, 45 ans, a été renversé volontairement lors d'une intervention ce week-end. Des rassemblements ont eu lieu jeudi midi, d'autres jeudi soir.

Une vingtaine de policiers s'est retrouvée ce midi devant le commissariat de Bourgoin-Jallieu.
Une vingtaine de policiers s'est retrouvée ce midi devant le commissariat de Bourgoin-Jallieu. © Radio France - Céline Loizeau

Grenoble, France

Devant les commissariats de Vienne, Voiron, Grenoble ou encore Bourgoin-Jallieu, comme devant de nombreux commissariats de France, ce midi, les policiers isérois ont participé à un temps de recueillement en souvenir de leur collègue Franck L, 45 ans.  Celui qui appartenait au Groupe d'appui opérationnel (GAO) à la Sûreté départementale du Rhône est mort lundi après-midi des suites de ses blessures.  Il avait été renversé par un fourgon conduit par des malfrats dans la nuit de vendredi à samedi à Bron, après une filature débutée sur l'aire d'autouroute de l'Isle-d'Abeau, en Nord-Isère.

Grégory Machado du syndicat Alliance-Police nationale au commissariat de Bourgoin-Jallieu

"La mort d'un policier se banalise aujourd'hui"

Ce rassemblement se fait à l'appel de plusieurs syndicats, sans prise de parole, ni banderole. "Je pense qu'aujourd'hui, il faut que la Justice soit très ferme. On n'a plus peur de foncer sur un policier", selon Grégory Machado, délégué syndical Alliance-Police nationale à Bourgoin-Jallieu pour qui les actes de violence contre les policiers se multiplient.

"Aujourd'hui, on se rend compte que la mort d'un policier se banalise", poursuit-il. Et de citer, à ses yeux, une attention médiatique moins importante et un lien entre les Français et la police qui s'est étiolé. Après les remerciements, les marques d'attention nés lors des attentats de début 2015, place à "une sorte de haine", dit-il. 

Ce désamour, selon lui, contribue au malaise que traverse la profession qui fait aussi face à un manque de moyens et des agents très souvent rappelés, qui multiplient les heures supplémentaires. En ce début 2020, la police enregistre déjà les suicides de deux agents. Et selon ce syndicaliste, ce malaise se voit aussi au niveau des effectifs avec des collègues de plus en plus enclins à démissionner et en face des candidats peu nombreux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu