Société

Rats, cafards, punaises à la prison de Fresnes : l'État assigné en justice

Par Marina Cabiten, France Bleu lundi 3 octobre 2016 à 8:14

La prison de Fresnes, dans le Val-de-Marne
La prison de Fresnes, dans le Val-de-Marne © Maxppp - Lesage

L'État français est assigné devant le tribunal administratif par l'Observatoire international des prisons, révèle France Inter ce lundi. En cause : la prolifération d'animaux et insectes nuisibles au centre pénitentiaire de Fresnes près de Paris.

Les rats et cafards de la prison de Fresnes amènent l'État devant la justice. Lundi, France Inter révèle que le tribunal administratif de Melun vient d'être saisi par l'Observatoire international des prisons. Une audience "devrait se tenir dans les 48 heures" selon nos confrères, devant le juge des référés. De nombreux détenus ont témoigné de la présence des ces animaux et insectes nuisibles qui, selon eux, prolifèrent dans ce centre pénitentiaire, le deuxième plus grand de France.

"Déjections", "cadavres" de rats

Les syndicats avaient déjà alerté sur la présence des rats et les problèmes sanitaires liés, cet été. Au début de l'année rappelle France Inter, deux détenus ont été contaminés par une maladie transmise par les rats, la leptospirose. Selon une avocate, Maud Schlaffman-Amprino, "qui dit rats dit déjections, ça fait beaucoup d'odeurs qui remontent, qui sont difficiles à supporter. C'est aussi, la nuit, des clients qui me racontent qu'ils entendent les rats se battre. C'est, au petit matin, entrer dans sa cour de promenade, et découvrir des cadavres de rats... Dans les cellules, ce sont les insectes, principalement des punaises de lit et des cafards. Un client m'a dit que son matelas était tellement infesté qu'il préférait dormir assis, la tête posée sur la table de la cellule, plutôt que dans son lit."

Des poubelles jetées par les fenêtres

Pour l'Agence régionale de santé, ce sont les déchets qui sont à l'origine de la présence des rats. "Oui, des détenus me disent qu'ils jettent les détritus par la fenêtre. J'ai rencontré un monsieur l'autre jour qui m'a dit qu'on ne venait jamais récupérer son sac poubelle. Quand ça fait une semaine que vous avez des détritus qui s'accumulent dans 9 m2, partagés à deux ou à trois, ce n'est plus possible, alors la solution c'est : on jette par la fenêtre.", relate encore Me Schlaffman Ampiro.