Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ras-le-bol que les poids-lourds traversent Vue, les élus et des riverains font un barrage filtrant

-
Par , France Bleu Loire Océan

Une dizaine d'élus et de riverains ont bloqué les accès à la commune de Vue aux poids-lourds de plus de 3,5 tonnes ce jeudi. Une action coup de poing pour sensibiliser les routiers. Malgré l'interdiction de circuler, environ 500 camions passent dans le bourg chaque jour.

Vue, France

Halte aux camions. Des habitants de Vue n'en veulent plus sur la départementale D723 qui traverse leur commune. Alors, ce jeudi 4 juillet, le maire, Pascal Rabévolo, et des élus ont mis en place des barrages filtrants pour les poids-lourds de plus de 3,5 tonnes, qui ne venaient pas livrer dans le village. Leur circulation est interdite depuis qu'une déviation a été ouverte en décembre 2018. Des panneaux ont été mis en place pour signifier clairement leur interdiction.

Une déviation à moitié finie

Cette nouvelle route devait tout changer pour la commune qui a connu plusieurs accidents mortels à cause du trafic intense qui la traversait. Mais les travaux n'ont pas été menés à terme, seule la déviation Ouest a été réalisée. La partie Est n'a pas été construite. Pour passer par la déviation existante, il faut faire un détour de plusieurs kilomètres. 

Chaque jour, environ 500 poids lourds bravent l'interdiction de circuler. Ce jeudi, les élus leur expliquent calmement qu'ils doivent faire demi-tour.  "Vous êtes en desserte locale là ou pas ?", demande Jérôme, un riverain qui participe à l'opération. "Oui, je vais livrer sur Sauvé, Saint-Père-en-Retz, Pornic et tout ça", lui explique Frédéric, le routier. Comme il ne livre pas directement sur la commune de Vue, il n'a pas le droit d'y circuler.

Des pics de circulation des camions le matin et le soir

Le barrage filtrant est resté en place de 7 à 9h, puis de 16 à 18h. Deux tranches horaires où le trafic de poids-lourds est le plus important. De 7 à 9h, chaque jour ouvré, une centaine de camions passent par là. De 16 à 18h, ils sont en moyenne 80 à traverser Vue.

"Il n'y aucun enfant qui vient à vélo, parce que c'est beaucoup trop dangereux" - le maire de Vue

Ces  deux moments de la journée correspondent à l'entrée et à la sortie des classes des deux écoles primaires de la ville. "Les trottoirs font moins d'un mètre de large à certains endroits. Deux poids-lourds qui se croisent, les rétroviseurs, il ne reste que cinquante centimètres de trottoir pour les enfants", détaille Jérôme. Le maire de la commune acquiesce.

Les élus demandent au département de réagir

Objectif : "Zéro poids-lourd qui frôle les enfants de la commune", assène Pascal Rabévolo. Pour sécuriser sa commune, il veut que le conseil départemental remplisse ses fonctions. Le centre-bourg doit être aménagé et la déviation Ouest construite.

Les travaux dans le village devraient coûter 2,5 millions d'euros, dont 500.000 euros seraient à la charge de la commune de 1.600 habitants. Bilan de l'opération, ce jeudi, quelques dizaines de camion déroutés. L'affluence a été coupée dès le début de l'opération, car un usager de la route a signalé les contrôles sur l'application GPS Waze.