Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

INFOGRAPHIES - Recensement : en Bourgogne-Franche-Comté, seuls la Côte-d'Or et le Doubs gagnent des habitants

Selon les chiffres publiés par l'Insee ce mardi, la population n'a pas augmenté en Bourgogne-Franche-Comté entre 2013 et 2018, seuls deux départements de notre région gagnent des habitants : la Côte-d'Or et le Doubs.

L'INSEE a publié les nouveaux chiffres de la démographie en France, la population de Bourgogne-Franche-Comté est restée stable entre 2013 et 2018.
L'INSEE a publié les nouveaux chiffres de la démographie en France, la population de Bourgogne-Franche-Comté est restée stable entre 2013 et 2018. - Maxppp

C'est une tendance de fond qui se confirme : la croissance démographique ralentit en France et la Bourgogne-Franche-Comté (BFC) n'est pas épargnée. Certes, la région BFC n'a perdu que très peu d'habitants sur une période de cinq ans : -0,1% entre 2013 et 2018 selon les chiffres publiés par l'Insee ce mardi 29 septembre 2020. En revanche, les écarts que l'on constatait déjà en 2013 se creusent et les contrastent s'accentuent.

Moins de naissances en Bourgogne-Franche-Comté

Au 1er janvier 2018, la population en BFC était de 2.807.807 habitants, une population stable depuis 2013. Mais le solde naturel est en baisse depuis plusieurs années dans notre région, c'est-à-dire le nombre de naissance moins le nombre de décès. Le nombre d’enfant par femme ayant tendance à diminuer dans notre région et, la population vieillissant, le nombre de personnes âgées qui décèdent ayant tendance à augmenter. Alors que dans le reste de la France métropolitaine, la population augmente de 0,4% en moyenne.

En Bourgogne-Franche-Comté, la population n'a pas augmenté entre 2013 et 2018.
En Bourgogne-Franche-Comté, la population n'a pas augmenté entre 2013 et 2018. - Insee

Par ailleurs, les zones de croissance démographique se réduisent dans la région Bourgogne-Franche-Comté : en 2008-2013, un axe allant de Mâcon vers Belfort en passant par Dijon était relativement dynamique en terme d’évolution de population, contrairement à la partie ouest de la région, en baisse.

Cinq ans plus tard, en 2018, la population n’évolue plus sur cet axe "Mâcon-Dijon". On note que "la population dans la vallée de la Saône reste stable" et que le "poumon dijonnais" reste une "zone d'attraction administrative et économique" note Christophe Basso, le directeur régional adjoint de l'Insee BFC, qui ajoute que _"Besançon bénéficie toujours d'une attractivité en tant qu'ancienne préfecture", et que la "bande frontalière avec la Suisse reste très attractive, même si elle est moins marquée qu’il y a cinq ans"_.  Enfin le Territoire de Belfort voit sa population fortement diminuer en cinq ans.

Les zones de croissance démographiques de la région Bourgogne-Franche-Comté se réduisent entre 2013 et 2018.
Les zones de croissance démographiques de la région Bourgogne-Franche-Comté se réduisent entre 2013 et 2018. - Insee

La Côte-d'Or et le Doubs, seuls départements à gagner des habitants

Seuls deux départements, la Côte-d'Or (+0,3) et le Doubs (+0,4) voient leur population augmenter. La population est stable dans le Jura (-0,1), le Nord gagnant des habitants, quand le sud du Jura en perd. La population baisse dans tous les autres départements entre 2013 et 2018 : la Saône-et-Loire, l'Yonne, la Haute-Saône, le Territoire de Belfort et la Nièvre.

La population baisse partout en Bourgogne-Franche-Comté, sauf en Côte-d'Or et dans le Doubs.
La population baisse partout en Bourgogne-Franche-Comté, sauf en Côte-d'Or et dans le Doubs. - Insee

L'attraction pour le Doubs est "fortement due à la proximité la frontière avec la Suisse" explique Moïse Mayo, directeur régional de l'Insee BFC, "il y a donc des arrivées de personnes relativement jeunes et qui, ont une propension plus forte à faire des enfants, donc la population progresse" explique-t-il. Pour la Côte-d'Or, la "progression de la population est liée au fait que _Dijon est un poumon démographique_" détaille encore Moïse Mayo.

Dans le Territoire de Belfort, le changement est radical. On observe une inversion très marquée de la démographie en dix ans : entre 2008 et 2013, la population progressait régulièrement, mais, cinq ans plus tard, entre 2013 et 2018, le Territoire de Belfort perd 0,3% de sa population.

Les grandes villes toujours attractives

Enfin, selon l'Insee, les grandes agglomérations centrales de la région Bourgogne-Franche-Comté continuent d'attirer des habitants entre 2013 et 2018 : Dijon (+0,5 % sur la commune et +0,5 % dans l'agglomération) attirent de nouveaux habitants. Dôle (+0,4 %) reste stable et a tendance à stagner, Besançon ne voit aucune augmentation de sa population dans la ville, mais l'agglomération progresse de 0,2 %, les installations de nouveaux habitants se faisant plutôt en périphérie de la ville. Mâcon gagne 0,2 % et sa population continue de progresser lentement, profitant du dynamisme de la région Auvergne-Rhône-Alpes toute proche.

Sens perd un peu de son attractivité due à sa position proche de l'Île-de-France, mais reste l'une des seules zones de l'Yonne qui gagne des habitants (+1,2% dans la ville et +0,6% dans la périphérie), même si elle en accueille moins que sur la période précédente, entre 2008 et 2013. 

Enfin Pontarlier ne progresse pas en terme de population car "il y a relativement peu d'espace pour construire des logements" explique Moïse Mayo, directeur régional de l'Insee BFC, en revanche la périphérie gagne +0,8 % en cinq ans. La bande frontalière étant, de loin la zone dont la population progresse le plus dans la région.

En cinq ans, Pontarlier, dans le Doubs, gagne le plus d'habitants.
En cinq ans, Pontarlier, dans le Doubs, gagne le plus d'habitants. - Insee
Choix de la station

À venir dansDanssecondess