Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réchauffement climatique : certains arbres vont disparaître de nos villes

-
Par , France Bleu Maine

Le réchauffement climatique fait fondre la banquise et fait monter le niveau des mers. Il change aussi le paysage urbain. Certaines arbres comme les charmes, pourraient disparaître de notre département pour laisser la place à d'autres espèces, venus du Sud.

"On se pose des questions sur les charmes et les hêtres". Céline Levrard redoute que le réchauffement climatique chasse ces espèces de notre département. "Ils vont sans doute disparaître pour s'implanter plus à l'Est. A contrario, nous observons une remontée plus au Nord, des chênes verts". Une évolution que la directrice du Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement de la Sarthe (CAUE) doit prendre en compte pour imaginer la ville de demain.  "Les arbres sont nos alliés pour stocker du CO2. On l'a vu cet été avec l'épisode de canicule, on a besoin de cette nature pour vivre, nous les humains et les animaux. Et il faut anticiper. Lorsqu'il y a un projet immobilier, il faut absolument faire appel à des experts pour établir un plan de gestion de ces végétaux, en fait" explique Céline Levrard qui est aussi paysagiste-concepteur. 

Les arbres et les plantes en ville ne sont pas là par hasard - Céline Levrard, directrice du Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement de la Sarthe

Ce qui n'est pas forcément le cas encore. "On pense d'abord réseaux, voirie et après on se dit qu'est-ce qu'on plante ? Alors que cela devrait être l'inverse. Si l'on veut planter des arbres, il faut trouver l'emplacement idéal pour que le végétal puisse se développer et ensuite positionner nos réseaux en fonction". Beaucoup de Manceaux trouvent par exemple que la Place de la République est trop minérale. " Car nous avons une contrainte importante, un parking sous-terrain et donc quand on conçoit un projet, il faut anticiper tout cela. Cela ne veut pas dire qu'on ne peut pas planter en dessous". Car évidemment, la nature en ville na rien... de naturel. " Les arbres, les plantes, les fleurs ne sont pas là par hasard. Pour qu'une plante se développe il faut prendre en compte son  environnement, la nature du sol, du climat et il faut faire de la place". Autre conséquence du réchauffement climatique, le retour en grâce de la nature à l'école. " Je suis contente qu'on puisse replanter des arbres et de la végétation dans les cours d'école et on, parle aussi de sols perméables. C'est important pour apporter de la fraîcheur, pour la biodiversité et cela fait connaitre le végétal aux enfants et leur faire prendre conscience qu'il a un intérêt pour eux. Et puis, la nature a des vertus apaisantes à l'école comme dans la ville. Cela un impact sur le bien-être et l'anxiété". Si vous souhaitez en savoir plus sachez que la CAUE de la Sarthe ser présent ce week-end à la 12e édition d'Entre Cours et Jardins au Mans, cité Plantagenêt. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess