Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reconfinement : de la "pédagogie" et de la "tolérance" jusqu'à dimanche soir dans l'Indre

-
Par , , France Bleu Berry

Le confinement fait son retour au moins jusqu'au 1er décembre. Les attestations sont obligatoires pour se déplacer. Si les forces de l'ordre pourront faire preuve de tolérance au début, les infractions seront très rapidement systématiquement sanctionnées.

Thierry Humbert, directeur de cabinet du préfet de l'Indre (photo d'archive, juillet 2019)
Thierry Humbert, directeur de cabinet du préfet de l'Indre (photo d'archive, juillet 2019) © Radio France - Thierry Chareyre

C'est un petit papier qu'il ne faut surtout pas oublier au moment de sortir de chez soi et pour tous nos déplacements. L'attestation de déplacement dérogatoire fait son retour, au moins jusqu'au 1er décembre pour le deuxième confinement. Elle peut être imprimée sur papier ou vous pouvez l'avoir en version numérique sur un smartphone. En cas de non-respect du confinement, vous risquez une amende de 135 euros. "Les consignes données aux forces de sécurité, c'est d'avoir de la souplesse jusqu'à dimanche soir. Policiers et gendarmes feront preuve de pédagogie et de tolérance", indique Thierry Humbert, directeur de cabinet du préfet de l'Indre, invité de France Bleu Berry ce vendredi.

En revanche, "dès lundi, nous entrerons dans des contrôles classiques", précise-t-il. "Dès l'instant où la personne présente son attestation et a coché une case, la charge de la preuve lui appartient. Par exemple, pour un motif familial impérieux, c'est à la personne d'apporter la preuve aux policiers ou gendarmes que le motif est bien avéré", ajoute Thierry Humbert.

ÉCOUTEZ - Thierry Humbert, directeur de cabinet du préfet de l'Indre

Un confinement plus souple

Ce deuxième confinement est différent du premier. Les établissements scolaires ne ferment pas ; tout est fait pour pénaliser le moins possible l'économie. "Nous entrons dans un confinement adapté. Il permet plus de souplesse pour le monde professionnel. L'essentiel des personnes pourront conserver leur activité, sauf certains établissements", salue le directeur de cabinet du préfet de l'Indre qui invite "tout le monde à respecter ce confinement."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess