Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reconfinement : des maires de Côte-d'Or s'opposent aux fermetures des commerces, l'ARS se fâche

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Bourgogne

Qu'est ce qu'un commerce "essentiel", qui a donc le droit de rester ouvert pendant le reconfinement ? Samedi 31 octobre 2020, plusieurs maires de Côte-d'Or prennent position pour la réouverture de certains commerces de centre-ville. L'arrêté du maire de Beaune va être retoqué.

La fermeture des librairies est au coeur de la polémique (illustration)
La fermeture des librairies est au coeur de la polémique (illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP

Avec le reconfinement, tous les commerces "non-essentiels" sont sommés de fermer leurs portes, depuis le vendredi 30 octobre 2020. Mais depuis, la polémique enfle ! Certains élus de Côte-d'Or dénoncent un manque d'équité, entre les grandes enseignes et la grande distribution qui peuvent continuer de fonctionner, et les commerces de proximité qui doivent baisser le rideau. 

L'arrêté du maire de Beaune retoqué 

La Préfecture de Côte-d'Or a décidé samedi matin d'annuler l'arrêté pris par le maire de Beaune Alain Suguenot, qui demandait la réouverture des commerces. ""L'arrêté en question est illégal car en contradiction avec le décret 2020_1310 du 29 octobre (...) qui organise les modalités du confinement, écrit la Préfecture dans un communiqué. Dés la réception de l'arrêté, le préfet déférera donc à la censure du Tribunal administratif d Dijon, en urgence, l'arrêté municipal en question"

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'arrêté avait avant tout une visée symbolique. "Cette initiative a avant tout pour but de faire pression sur le gouvernement à un niveau national afin qu’il comprenne, qu’il n’est pas acceptable de privilégier la grande distribution face à nos commerces de proximité durant cette période si difficile", résume le maire de Beaune Alain Suguenot sur sa page Facebook.

D'autres arrêtés du même type ? 

En Côte-d'Or, on voit plusieurs prises de position de la part d'élus : le maire de Dijon François Rebsamen a pris un arrêté pour permettre la réouverture des librairies. Fabien Ruinet, à Talant, fait de même pour rouvrir les commerces à partir de lundi. Idem pour le maire de Chevigny-Saint-Sauveur, Guillaume Ruet, qui prendra lui un arrêté lundi pour rouvrir tous les commerces. "Je demande au gouvernement de revoir rapidement la définition de commerce de première nécessité et de l’élargir", indique de son côté le président de l'association des maires de Côte-d'Or, Ludovic Rochette. 

"Des polémiques consternantes" 

"L’ARS déplore qu’en ce deuxième jour de confinement, le débat public soit presque exclusivement saturé de polémiques consternantes à la faveur de quelques arrêtés municipaux manifestement aussi clientélistes qu’illégaux, au risque de perdre de vue l’enjeu vital que constitue la réussite du confinement", indique samedi soir l'Agence régionale de santé dans un communiqué. 

"Si de nombreux établissements recevant du public sont aujourd’hui fermés ce n’est ni dans une logique de sanction à leur égard, ni de stigmatisation de leurs activités mais dans l’objectif de réduire drastiquement toutes les occasions de contacts propices aux contaminations, poursuit l'ARS, qui en appelle "au sens des responsabilités et de l’intérêt général de chacun et invite les auteurs d’arrêtés municipaux visant à affaiblir la portée du confinement, à se ressaisir". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess