Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans "des suites du Covid"

Reconfinement en Dordogne : "On est un peu sous le choc" réagit la gérante d'un restaurant de Périgueux

-
Par , France Bleu Périgord

Emmanuel Macron a annoncé un nouveau confinement de quatre semaines aux Français ce mercredi soir. Il sera moins strict qu'au printemps mais les commerces non-essentiels comme les restaurants et les bars vont devoir fermer. Coup dur pour Béatrice Legrand gérante d'un restaurant à Périgueux.

Emmanuel Macron a annoncé un nouveau confinement national ce mercredi soir
Emmanuel Macron a annoncé un nouveau confinement national ce mercredi soir © Radio France - Flavien Groyer

Les bruits couraient depuis quelques heures. Le reconfinement tant redouté pour faire reculer le Covid-19 est désormais une réalité. Le président de la République l'a annoncé en direct à la télévision ce mercredi soir alors que plus de 3000 malades sont en réanimation en France.  Contrairement au confinement du printemps les crèches, les écoles, les collèges ainsi que les lycées seront ouverts avec un protocole sanitaire renforcé. Mais pour les bars, les restaurants c'est fermeture totale. Pas d'exception.

"Nous sommes punis"

La pilule a du mal à passer pour Béatrice Legrand, gérante du restaurant le Garden Ice café à Périgueux : "On est un peu sous le choc" lance-t-elle au micro de France Bleu Périgord. Une décision difficile à comprendre alors que des efforts ont été faits par les professionnels du secteur selon elle: "La restauration et l'hôtellerie sont des lieux de contrôle. On a mis en place des mesures et il faut une fois de plus fermer. Nous sommes les premiers impacter" poursuit la patronne. "Des aides vont être débloquées mais certains critères font que des restaurateurs n'ont rien ! Nous nous n'avons eu que le chômage partiel pour les employés lors du premier confinement" explique-t-elle. 

Ecoutez le témoignage de Béatrice Legrand, gérante du Garden Ice Café de Périgueux

Les personnes vont se retrouver dans des lieux sauvages où rien ne sera respecté ! - Béatrice Legrand

Des services de vente à emporter et de livraison vont être mis en place tout comme une livraison via UberEats "de façon à pouvoir continuer à travailler et apporter notre service aux clients" conclut Béatrice Legrand. 

"On s'y attendait" disent les clients

De leur côté, les clients ont un peu le moral dans les chaussettes. A l'annonce d'un nouveau confinement, tous posent fourchettes et couteaux. Le silence est seulement rompu par le son des télévisions, installées dans le restaurant. "C'est pénible" dit un des clients, "On n'est pas hyper ravis" poursuit une autre. 

Sandrine est "un peu dégoûtée". Cette comptable pourra télé-travailler mais le reconfinement ne l'enchante pas : "Ne pas voir mes parents, ma famille proche, cela avait été compliqué. On s'inquiète. Même s'il y a le téléphone, cela ne fait pas tout" confie cette périgourdine. Thierry est venu dîner avec sa femme. Il ne s'attendait pas du tout à cette décision, surtout ici en Dordogne où le virus semblait moins circuler qu'ailleurs : "Je pensais que ce serait un couvre-feu avancé. Qu'on soit tous logés à la même enseigne, c'est normal". 

En terrasse, Naïs et ses copines sont inquiètes. Les cours de l'IUT se feront maintenant à la maison, en visio-conférence : "Du distanciel de 8h à 18h c'est compliqué mais nous allons respecter les règles car nous savons très bien que c'est pour que les hôpitaux ne soient pas surchargés". Les jeunes filles vont faire la fête une dernière fois. La soirée se terminera chez des amis. 

Ecoutez le reportage France Bleu Périgord de Flavien Groyer

Choix de la station

À venir dansDanssecondess