Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reconfinement en Dordogne : "Une fois de plus, on nous met au pied du mur en 24h" dénonce l'UMIH

-
Par , France Bleu Périgord

Le président de l'Union des métiers et des industries, l'UMIH en Dordogne était sur France Bleu Périgord ce jeudi 29 octobre pour réagir à l'annonce d'un nouveau confinement.

Le président de l'UMIH en Dordogne s'inquiète pour son secteur déjà fragilisé par le premier confinement. Photo d'illustration
Le président de l'UMIH en Dordogne s'inquiète pour son secteur déjà fragilisé par le premier confinement. Photo d'illustration © Radio France - Emmanuel Claverie

L'annonce d'un deuxième reconfinement touche notamment les bars et les restaurants. En Dordogne, le président de l'UMIH, l'union des métiers et des industries de l'hôtellerie, invité ce jeudi matin sur France Bleu Périgord, ne cache pas son inquiétude pour des établissements déjà touchés et fragilisés lors du premier confinement en mars dernier. 

Une fois de plus, on nous met au pied du mur en 24 heures, donc vous imaginez pour les restaurateurs, les pertes de stocks

Pour Jean-Luc Bousquet, l'annonce d'un reconfinement d'un mois au moins est une surprise : "Je ne m'y attendais pas sauf dans les dernières 24 heures. En Dordogne, on n'était pas en zone couvre feu, et là on passe directement en confinement généralisé".

Des trésoreries "exsangues"

Le président de l'UMIH en Dordogne estime qu'il est "obligé de comprendre" la mesure du confinement mais il "ne l'approuve pas et je la déplore un petit peu car un deuxième confinement pour la profession ça va être assez compliqué". 

Jean-Luc Bousquet craint un deuxième confinement plus long alors que les "trésoreries sont exsangues" et "qu'on ne connait pas l'accompagnement prévu pour nos entreprises". Le chômage partiel est maintenu comme les prêts garantis par l'Etat mais pour le président de l'UMIH se sont des reports "qu'il va falloir rembourser tout comme les différés de prêts".

Le président de l'UMIH en Dordogne dénonce également la non prise en charge des pertes par les assurances. Jean-Luc Bousquet estime que les assureurs doivent "participer à l'effort de solidarité que tout le pays doit faire". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess