Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reconfinement : la ruée dans les petits commerces

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Les commerces "non essentiels" doivent fermer leurs portes pour au moins deux semaines. Pour cette dernière journée avant le reconfinement, les clients se sont précipités pour faire leurs derniers achats en Drôme et en Ardèche.

Beaucoup de coiffeurs ont travaillé jusqu'à 21 heures ce jeudi.
Beaucoup de coiffeurs ont travaillé jusqu'à 21 heures ce jeudi. © Radio France - Diane Sprimont

Ce jeudi, il fallait parfois faire la queue pour faire son stock de livres avant le reconfinement. A la librairie Notre Temps à Valence, "c'est l'affluence d'un samedi de Noël", confie un employé. Pour le responsable de magasin à la librairie La Procure, "c'est une journée agitée même si ça ne comblera pas les pertes de la période des fêtes de fin d'année" rapporte Olivier Henriot "inquiet et triste". 

Deux fois plus de clients en salon de coiffure

Chez Prise de Tête, un salon de coiffure à Romans-sur-Isère, la journée a été très chargée, "habituellement, je tourne à huit clients par jour, aujourd'hui j'ai passé la barre des dix-sept. Je suis exténuée, je n'ai pas dormi, je pensais au confinement," raconte Audrey Pasquelin, la gérante. 

Audrey Pasquelin, gérante su salon Prise de tête, a doublé le nombre de ses clients à la veille du reconfinement.
Audrey Pasquelin, gérante su salon Prise de tête, a doublé le nombre de ses clients à la veille du reconfinement. © Radio France - Diane Sprimont

"Je suis doublement en colère parce qu'ils auraient pu nous laisser finir à minuit ou au moins nous laisser finir la semaine, s'énerve Audrey Pasquelin. La tension monte." Audrey Pasquelin sait d'avance que les aides de l'Etat ne l'aideront pas à se relever, "il faudra travailler d'arrache-pied. Comment on va payer nos charges ? Notre maison ? Comment on va faire pour vivre tout simplement ?"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess