Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement : le maire de Metz ne comprend pas que les collèges et lycées restent ouverts

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Après l'annonce du reconfinement par Emmanuel Macron, les collectivités locales sont sur le pont pour adapter les mesures au plus vite. Le maire de Metz, François Grosdidier, a trois priorités à gérer : l'école, les plus démunis, et les festivités de Noël qui seront forcément chamboulées.

François Grosdidier, maire de Metz et président de Metz Métropole, en août 2020 devant la cathédrale de Metz.
François Grosdidier, maire de Metz et président de Metz Métropole, en août 2020 devant la cathédrale de Metz. © Radio France - Marc Bertrand

Le marché de Noël de Metz pourra-t-il se tenir cette année, avec la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus ? La réponse sera prise ce vendredi, nous a indiqué ce jeudi matin le maire de Metz François Grosdidier. Un comité de crise a été constitué pour décider de toutes les mesures d'urgence à prendre, depuis l'annonce du reconfinement mercredi soir par Emmanuel Macron

L'ouverture du marché de Noël de Metz était prévue fin novembre, mais avec le confinement qui va durer au moins jusqu'au 1er décembre, son inauguration sera au mieux reportée, au pire annulée. 

Collégiens et lycéens auraient dû rester à la maison, selon le maire de Metz

Il y aura bien une rentrée scolaire ce lundi, au retour des vacances de la Toussaint : les crèches, écoles, collèges et lycées resteront ouverts, a annoncé le président de la République. Un choix qui a surpris le maire de Metz : "Les regroupements comportent de forts risques [de contamination], je crains que ce reconfinement partiel ne prolonge la durée du confinement. Je mesure les risques de décrochage scolaire, qui sont quand même réduits si la période est courte. C'est difficilement compréhensible."

François Grosdidier estime également que les cours magistraux dans l'enseignement supérieur, auraient dû se faire à distance dès la rentrée. "Il y a des mesures parfois difficiles à comprendre, mais nous les appliquerons néanmoins avec rigueur, pour que nous puissions juguler cette vague".

Quid de la semaine de 4 jours ?

Le maire de Metz ne sait pas s'il va pouvoir instaurer la semaine de 4 jours à l'école en janvier, comme il l'avait promis lors de sa campagne électorale. Les conseils d'école devaient se prononcer ces prochaines semaines. "On joue de malchance", commente François Grosdidier. Le report du 2ème tour des élections municipales, en juin dernier, n'avait déjà pas permis d'appliquer cette réforme à la rentrée de septembre. "Si nous ne pouvons pas réunir les conseils d'école, ça risque, sur un plan juridique plus que matériel, de nous amener à reporter encore cette mesure". 

Mobilisation pour les plus démunis

Le chef de l'Etat l'a dit mercredi soir : "nous avons besoin des maires, des élus locaux, pour mobiliser les associations et accompagner les plus démunis" dans cette nouvelle épreuve. Appel reçu 5 sur 5 par François Grosdidier : "Certains publics sont plus touchés que d'autres par l'isolement créé par le confinement. Heureusement les personnes âgées dans les Ehpad le seront un peu moins, mais pour les personnes isolées, nous allons établir le contact, comme nous le faisons lors des pics de grand froid ou de canicule". Ce dispositif de crise sera mis en place au plus vite.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess