Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reconfinement : les conseils d'une psychologue picarde pour tenir

-
Par , France Bleu Picardie

Le premier ministre a annoncé ce jeudi soir un reconfinement de la Picardie pour au moins quatre semaines afin de lutter contre le Covid. Encore un coup dur pour le moral, qui s'ajoute à de longs mois difficiles pour beaucoup d'entre nous. Une psychologue d'Abbeville nous donne quelques conseils.

La rue des Troix Cailloux, artère commerçante d'Amiens, en temps de confinement.
La rue des Troix Cailloux, artère commerçante d'Amiens, en temps de confinement. © Radio France - Marc Bertrand

Les Hauts-de-France repartent pour un confinement d'au moins quatre semaines. Annonce de Jean Castex jeudi soir, alors que la situation dans les hôpitaux de la région est très tendue. Ce troisième confinement, un an après le premier, peut être dur à encaisser, surtout que nos états d'esprits ont changé depuis mars dernier.

"Le premier confinement, on était sur quelque chose de nouveau, analyse Julie Bruhier-Dupont, psychologue à Abbeville, les Français étaient plus sur un aspect de vacances, se retrouver en famille. Le deuxième confinement, on était plus sur "Je n'ai plus envie de rire""

Julie Bruhier-Dupont a tenu une cellule d'écoute pendant le premier confinement sur la communauté d'Agglomération de la Baie de Somme. Pour elle, il va y avoir de nouveau beaucoup de demandes avec ce reconfinement.

Il y en avait déjà mais je pense qu'il y aura de forts besoins au niveau des soins psychiques, ça va s'accentuer. Le manque de liens sociaux, cet enfermement, ça a créé pas mal d'aspects dépressifs. Les gens ont peur de la maladie, ont peur de la mort, il y a une suspension de tous les projets.

Julie Bruhier-Dupont, psychologue à Abbeville, invitée de France Bleu Picardie

Mais alors, comment tenir ? Voilà plusieurs conseils donnés par Julie Bruhier-Dupont :

  • Se donner un rythme quotidien, "ne pas se laisser aller, se lever, s'habiller"
  • Prendre soin de soi
  • Être très prudent sur les informations et ce qui se dit sur les réseaux sociaux, "c'est extrêmement anxiogène"
  • "Il faut sortir de chez soi le plus possible et pourquoi pas faire une activité physique si on peut."
  • Continuer de garder un lien avec l'extérieur, appeler ses amis, sa famille
  • "Et puis, si on ne va vraiment pas bien, on peut aller voir un psychologue, on est là pour ça."
Choix de la station

À venir dansDanssecondess