Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement partiel dans les Alpes-Maritimes mais pas en Moselle : pourquoi une telle différence ?

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Reconfinement le week-end sur le littoral, port du masque généralisé... Les mesures prises dans les Alpes-Maritimes, pour tenter d'endiguer l'explosion des cas de coronavirus, sont plus concrètes que celles annoncées en Moselle il y a dix jours. Comment expliquer cette différence de traitement ?

Le confinement de mars 2020 avait été scrupuleusement respecté en Moselle. Ici, passage de l'Amphithéâtre à Metz, près de la gare.
Le confinement de mars 2020 avait été scrupuleusement respecté en Moselle. Ici, passage de l'Amphithéâtre à Metz, près de la gare. © Radio France - Vianney Smiarowski

Le couperet est donc tombé pour le département des Alpes-Maritimes : reconfinement les deux prochains week-ends sur le littoral, avec déplacements interdits sauf dérogation et attestation pour le faire valoir, et fermeture des centres commerciaux de plus de 5.000 m2, notamment.

Des mesures qui contrastent avec la quasi absence d'annonces en Moselle, il y a dix jours, lors de la venue du ministre de la Santé Olivier Véran : les écoles n'avaient pas été fermées, le couvre-feu n'avait pas été resserré. Seule une accélération de la campagne de vaccination avait été engagée, avec la livraison de 30.000 doses supplémentaires

Départements semblables, mais situations différentes

Alors pourquoi cette différence entre nos deux départements ? Déjà le taux d'incidence : si les chiffres repartent à la baisse depuis quelques jours, les Alpes-Maritimes ont connu un pic à 600 cas pour 100.000 habitants. C'est moitié moins en Moselle : aux alentours de 300, bien que la sitation se dégrade à nouveau depuis quelques jours.

Les taux d'incidence les plus élevés actuellement se trouvent dans les Alpes Maritimes, les Bouches du Rhône, le Pas de Calais et la Moselle
Les taux d'incidence les plus élevés actuellement se trouvent dans les Alpes Maritimes, les Bouches du Rhône, le Pas de Calais et la Moselle © Visactu

Le ratio est le même pour le taux de positivité : il dépasse les 10% dans les Alpes-Maritimes, contre moins de 5 % chez nous, alors qu'on dépiste beaucoup plus. Et puis la donnée essentielle est celle de la pression hospitalière : le taux d'occupation des lits de réanimation dans les hôpitaux de la région PACA frôle les 100%, alors que nous en sommes à moins de 70% , en moyenne, dans le Grand Est.

Nous sommes deux départements pourtant très semblables : frontaliers, très peuplés avec un million d'habitants chacun, des zones hyperurbanisées et d'autres plus rurales. Les élus réclamaient dans les deux cas un reconfinement sévère. Mais la gestion de la crise sanitaire n'a pas été traitée de la même manière : voilà seulement maintenant que le port du masque est rendu obligatoire dans les Alpes-Maritimes, alors qu'il l'est depuis plusieurs semaines en Moselle. La Côte d'Azur attire beaucoup plus de touristes que notre département. Sur la question des frontières, Monaco n'applique quasiment aucune restriction : les bars et restaurants sont ouverts. L'aéroport international de Nice aussi, brasse beaucoup de population.

Autre donnée, difficile à analyser : le variant anglais est très implanté sur le littoral, alors que sud-africain y circule très peu ; c'était lui, en revanche, qui avait soufflé un vent de panique en Moselle. 

Des "demi-mesures" pour le maire de Metz, François Grosdidier

A l'annonce des mesures appliquées dans les Alpes-Maritimes, le maire de Metz, François Grosdidier, s'est réjoui que "des mesures locales" soient enfin prises, mais il regrette qu'elles ne soient pas plus sévères. Lui militait pour un reconfinement court mais strict, et la fermeture anticipée des écoles, une semaine avant le début des vacances scolaires de février. La question se pose d'ailleurs, selon le maire, de repousser peut-être la reprise des cours à la fin des vacances.

Seule mesure communément prise dans les Alpes-Maritimes et la Moselle : la campagne de vaccination va s'intensifier, avec l'arrivée de milliers de doses de vaccin contre la Covid-19 sur la Côte d'Azur dans les semaines qui viennent. Les personnes de 50 à 64 ans présentant des comorbidités pourront se faire vacciner.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess