Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement : soulagement ou incompréhension dans le milieu éducatif mosellan

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Ecoles, collèges et lycées maintenus ouverts, universités fermées : les annonces d'Emmanuel Macron sur le reconfinement du pays pour tenter d'enrayer la deuxième vague d'épidémie de Covid-19 ne font pas l'unanimité en Moselle.

Ecoles, collèges et lycées restent ouverts, pas les universités
Ecoles, collèges et lycées restent ouverts, pas les universités © Maxppp - Alexandre Marchi

Confinement, saison 2. Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir de nouvelles mesures de restriction afin d'endiguer l'épidémie de coronavirus. Il a notamment confirmé le retour d'un confinement national dès vendredi et jusqu'au 1er décembre au moins. 

Mais à la différence du printemps dernier, les écoles, collèges et lycées resteront ouverts. En revanche, le Président de la République a renvoyé les étudiants au télétravail, avec la fermeture des universités et des établissements d'enseignement supérieur. 

Bruno Henry, secrétaire académique du syndicat enseignant SNES-FSU et professeur d'histoire-géographie à Metz :

Je comprends la nécessité de laisser les établissements scolaire ouverts. On a vu que la dernière période de confinement avait été très difficile notamment pour les élèves les plus éloignés de l'école. Fermer les écoles aggrave les inégalités. 

Par contre si on ne veut pas que ces établissements deviennent des super lieux de contamination, il faut se doter d'un protocole sanitaire beaucoup plus strict que ce que l'on fait depuis le 1er septembre. 

Christelle Caron, présidente de la fédération de parents d'élèves FCPE de Moselle :

Beaucoup de parents ne se sentaient pas de reprendre ce qu'on a vécu au mois de mars où ils se sont transformés en auxiliaires de l'Education Nationale, en faisant cours aux enfants tout en télétravaillant. On sait que les enfants ont perdu du niveau. On apprend  pas pareil à la maison qu'à l'école. D'ailleurs j'attends le résultat final des tests des sixièmes et secondes. Les parents avaient peur que leurs enfants soient sacrifiés si les écoles restaient fermées.

Mais il y a une inquiétude quand même. On a entendu les mots très graves du Président de la République. On attend de savoir ce que sera le nouveau protocole sanitaire. 

Jérémy Spiegel, étudiants sur le campus du Saulcy à Metz et vice-président du syndicat UNEF de Lorraine :

C'est une décisions incohérente ! Pourquoi ne pas fermer aussi les écoles, collèges et lycées ? Le gouvernement pense plutôt à l'économie qu'à la santé des jeunes enfants.  Les parents peuvent aller au travail et participer à l'économie. Nous étudiants, n'empiétons plus sur la vie de nos parents...  

Cela pose plusieurs problèmes. La fracture numérique d'abord. 10% étudiants de l'Université de Lorraine ne possèdent pas d'ordinateur ou de connexion internet satisfaisante. Et les mesures prises par l'UL sont insuffisantes. Se pose aussi la question des examens, ou encore des conditions d'hébergement. Certains étudiants vont rester encore quatre semaines dans leur chambre de 9m2. Les restaurants universitaires seront fermés... 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess