Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Incendie de Notre-Dame

Reconstruction de Notre-Dame de Paris : "Cinq ans me paraît tout à fait tenable" estime le patron de LGMN

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

Reconstruire Notre-Dame de Paris en cinq ans : l'ambition affichée par Emmanuel Macron est-elle réaliste ? En fonction du parti pris de rénovation, le délai est tenable pour François Pouraud, dirigeant de Louis-Geneste et Maurice Nallier, LGMN, entreprise puydômoise de rénovation du patrimoine.

François Pouraud, dirigeant des entreprises Louis-Geneste et Maurice Nallier, spécialisées en restauration de monuments historiques
François Pouraud, dirigeant des entreprises Louis-Geneste et Maurice Nallier, spécialisées en restauration de monuments historiques © Radio France - Juliette Micheneau

Clermont-Ferrand, France

"Cinq ans en terme d'exécution de travaux, c'est tout à fait tenable, mais le temps du débat risque d'être plus compliqué" concède François Pouraud, à la tête d'LGMN, réunion de deux entreprises de la restauration de monuments historiques. La première, Louis-Geneste est spécialisée dans la taille de pierre et construisit, à ses débuts en 1866, les flèches de la cathédrale de Clermont-Ferrand. La seconde, Maurice Nailler, est spécialiste de la charpente.

Pour l'entrepreneur, tout dépend du parti qui sera pris dans cette restauration mais pour François Pouraud, l'histoire du patrimoine montre qu'on peut se détacher du bâtiment originel. "La flèche de Viollet le Duc a 150 ans donc elle ne fait pas partie du bâtiment d'origine. _La guerre 39-45 a abîmé un certain nombre de cathédrales, il n'a pas fallu 40 ans pour les remettre en état_.

Un nouveau projet plutôt qu'une vieille copie

Membre du groupement des entreprises qualifiées monuments historiques, le dirigeant puydômois serait partisan d'une réécriture moderne de Notre-Dame de Paris. "C'est l'opportunité de faire de cette page blanche une écriture qui s'inscrit dans le XXIe siècle et pas de faire du plagiat d'ancien puisque de toutes façons nous ne retrouverons jamais les arbres qu'il faut pour refaire la charpente à l'identique."

Concernant la toiture de la cathédrale parisienne, entièrement détruite, François Pouraud avance des pistes : "Certes la couverture était en plomb mais _il y a aujourd'hui des métaux avec des performances différentes, voire meilleures et qui sont beaucoup plus légers, par exemple le titane_. Et cela n'exclut pas de faire appel aux savoir-faire ancestraux."

10 ans pour former un travailleur compétent

Sur la question des compétences et des savoir-faire, le patron reconnaît que ces métiers spécialisés du bâtiment attirent peu, et qu'il faut 10 ans pour former un ouvrier compétent et autonome sur un chantier.

L'entreprise LGMN a rénové à Clermont-Ferrand la Basilique Notre-Dame du Port et en ce moment la fontaine d'Amboise place de la Poterne. Son antenne parisienne travaille aussi sur la façade du théâtre du Châtelet et sur un bâtiment de la Sorbonne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu