Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

Reconstruction de Notre-Dame : "Il est trop tôt pour conclure que nous avons suffisamment d'argent"

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Franck Riester, ministre de la Culture, a estimé ce mercredi qu'il était "trop prématuré" d'arrêter la souscription nationale pour la restauration de Notre-Dame de Paris, touchée par un incendie le 15 avril. Les promesses de dons atteignent 850 millions d'euros.

La souscription a permis de recueillir 850 millions d'euros environ de promesses de dons à ce jour.
La souscription a permis de recueillir 850 millions d'euros environ de promesses de dons à ce jour. © AFP - Bertrand Guay

Il faut poursuivre la souscription nationale lancée dans la foulée de l'incendie de Notre-Dame de Paris, a estimé ce mercredi le ministre de la Culture Franck Riester. Si la promesse de dons tourne actuellement "autour de 850 millions d'euros", il est "trop tôt pour conclure que nous avons suffisamment d'argent ou trop d'argent pour restaurer la cathédrale", a déclaré le membre du gouvernement lors d'un point presse devant l'édifice, un mois après le sinistre. Et ce pour plusieurs raisons.

Des dons à l'état de promesses, pour la plupart

D'abord parce qu'il n'y a pas de "diagnostic d'état des lieux exact [...], et donc pas de chiffrage de ce que seront les travaux nécessaires à la restauration", a précisé le ministre. 

Ensuite parce que beaucoup de dons restent à l'état de promesses. "La collecte évoquée, le fameux 'milliard', n'est consolidée par aucune fondation, aucune autorité", a ajouté de son côté l'archevêché dans un communiqué. "S'il n'y aura probablement pas de remise en question des dons les plus importants promis par des mécènes de renom qui se sont publiquement engagés, il n'en demeure pas moins que la majeure partie de ces dons n'ont pas encore été concrétisés".

La Fondation du patrimoine a arrêté sa collecte

Ces appels aux dons n'interviennent pas dans n'importe quel contexte : la Fondation du patrimoine, l'un des quatre organismes autorisés à lever des fonds pour la restauration de la cathédrale, a en effet annoncé le 14 mai la fermeture de sa collecte nourrie pendant un mois par 220.000 donateurs.

"J'ai pris acte de la décision unilatérale de la Fondation du patrimoine d'arrêter la collecte pour Notre-Dame de Paris, mais je tiens vraiment à dire que, pour l'instant, il est beaucoup trop prématuré (de) prendre une décision pareille", a réagi Franck Riester. La souscription se poursuit donc sous la houlette de la Fondation de France, de la Fondation Notre-Dame et du Centre des monuments nationaux.

La Fondation du patrimoine a de son côté choisi de lancer une autre opération, baptisée "Plus jamais ça", destinée à financer la sauvegarde d'autres sites historiques menacés de ruine.