Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Récupérer de la nourriture dans la poubelle d'un supermarché n'est pas un délit

mardi 4 décembre 2018 à 16:54 - Mis à jour le mercredi 5 décembre 2018 à 9:49 Par Sébastien Garnier, France Bleu Hérault et France Bleu

La cour d'appel de Montpellier a relaxé, ce mardi, deux marginaux condamnés en première instance pour avoir récupéré de la nourriture dans les poubelles de l'Intermarché de Frontignan (Hérault) il y a quatre ans.

Adrien, Léa devant la cour d'appel après l'annonce de leurs relaxes
Adrien, Léa devant la cour d'appel après l'annonce de leurs relaxes © Radio France - Sébastien Garnier

Montpellier, France

Récupérer de la nourriture dans les poubelles d'un supermarché n'est pas une infraction pénale. C'est le sens de l'arrêt rendu ce mardi par la cour d'appel de Montpellier qui a relaxé deux personnes rejugées pour avoir pris trois gros sacs de denrées périssables dans les poubelles de l'Intermarché de Frontignan, près de Sète en mai 2014. Pour atteindre les poubelles, il avait fallu escalader un portail. 

En première instance, Adrien, Léa et Mike (mais lui n'avait pas fait appel) avaient été reconnus coupables de vol mais dispensés de peine. Lors de l'audience, ils avaient expliqué qu'ils avaient agi ainsi parce qu'ils avaient besoin de manger.

"Des villes ont fait des lois pour empêcher les personnes dans le besoin de se servir dans les poubelles, qu'une cour d'appel rende aujourd'hui un arrêt contraire c'est une grande avancée", selon Adrien, l'un des relaxés. "Il y a dix ans la justice ne se serait sans doute pas prononcée en ce sens mais le contexte social a évolué", a conclu leur avocat maître Nicolas Gallon.

Une dizaine de personnes étaient présentes devant les grilles du palais de justice pour les soutenir.

Maître Nicolas Gallon l'avocat des deux marginaux

Adrien, heureux à l'énoncé de l'arrêt de la cour d'appel de Montpellier