Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Réduire le gaspillage alimentaire, c’est possible : 22 familles côte-d’oriennes en témoignent

samedi 17 mars 2018 à 22:26 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

Elles sont parvenues en trois mois à réduire de 58% leurs déchets alimentaires. 22 familles côte-d'oriennes ont participé à l'opération "Familles zéro gaspi", financée par le Conseil départemental, et dont le bilan a été tiré ce samedi 17 mars.

Les familles qui ont réduit fortement leur gaspillage alimentaire, ont été rassemblées pour une soirée de clôture  au Conseil départemental à Dijon
Les familles qui ont réduit fortement leur gaspillage alimentaire, ont été rassemblées pour une soirée de clôture au Conseil départemental à Dijon © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Cuisiner les épluchures, les fanes de légumes, accommoder les restes, réutiliser de mille façons le pain rassis, planifier les menus pour acheter selon ses stricts besoins. C'est ce que 22 familles côte-d'oriennes ont appris pendant 3 mois, de décembre 2017 à début mars 2018. Elles étaient volontaires pour participer à l'opération "Familles zéro gaspi", financée par le conseil départemental.

Beaucoup d'aliments jetés sont encore dans leur emballage

L'expérience a été menée sur les territoires relevant du Syndicat Mixte de Collecte et de Traitement des Ordures Ménagères de la Plaine Dijonnaise, ainsi que dans la Communauté de communes Ouche et Montagne, que préside Laurent Streibig. Les 11.000 habitants sont dit-il, très sensibilisés à la problématique des déchets : « on a énormément travaillé sur la sensibilisation des habitants sur le fait que le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas. Un millier de composteurs ont été vendus, et on est passé à la redevance incitative, en 2014. On a un système au volume. Dès la première année, on a divisé par deux la masse de déchets collectée ». Dans cette logique, inciter la population à participer à l’initiative « Familles zéro gaspi », était un plus évident.

Même constat du côté du SMICTOM de la Plaine Dijonnaise, où Delphine Guénot est technicienne : « on a fait des caractérisations des ordures ménagères à l’usine d’incinération, et on a constaté qu’il y avait énormément de déchets qui n’étaient pas déballés ».

Les épluchures, ça se mange aussi

Avec les conseils de deux éducatrices de l’association Centre Permanent d’Initiative à l’Environnement, en participant à plusieurs ateliers, ces familles ont appris comment optimiser le contenu de leur réfrigérateur, afin de tout consommer sans gaspillage, y compris les épluchures, et même les peaux de banane, qu'on peut incorporer à un cake, à condition bien sûr que les bananes soient bio.

L'expérience a duré trois mois et les participants étaient invités ce samedi à une soirée de clôture à Dijon, avec dégustation de légumes "oubliés". Parmi les convives, Sophie Matret, qui vit à Saint-Victor-sur-Ouche, a appris à changer ses habitudes : « le pain rassis, j’allais le donner aux chevaux et aux poules de mon village, maintenant il n’est plus perdu, plus jamais. Les épluchures de légumes, j’essaie de les accommoder de quelque façon que ce soit, je teste. Les radicelles de poireaux, je ne connaissais pas du tout, et c’est très bon ».

Chaque famille a été invitée à peser ses déchets alimentaires pendant la première semaine, puis à la fin de l’expérience. Le résultat est spectaculaire, avec une réduction de 58% du gaspillage. Résultat honorable quand on sait que chaque Français jette en moyenne chaque année 20 kilos d'aliments à la poubelle, dont 7 kilos encore dans leur emballage.