Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Réforme de la justice : les avocats de Metz continuent de se mobiliser

mardi 4 décembre 2018 à 18:25 Par Cédric Lang-Roth , France Bleu Lorraine Nord

Alors que l'Assemblée nationale doit adopter ce mercredi le projet de loi sur la réforme de la carte judiciaire, les avocats de Metz se sont à nouveau mobilisés à la veille de l'examen du texte par les députés. Ils ont notamment défilé avec un cercueil, sensé symboliser une justice mourante.

Les avocats de Metz ont défilé en compagnie d'élus locaux et de magistrats.
Les avocats de Metz ont défilé en compagnie d'élus locaux et de magistrats. © Radio France - Cédric Lang-Roth

Metzeral, France

Ils ne veulent pas baisser les bras. Les avocats de Metz ont une nouvelle fois manifesté, ce mardi, dans les rues de la capitale mosellane. Avec des banderoles "Justice morte", un cercueil sensé symboliser la justice, ils ont rallié le palais de justice depuis la maison des avocats, en bord de Moselle, accompagnés d'élus locaux, de magistrats et de personnels de justice.

"Ce projet nous inquiète", explique Anne Fabert, la présidente de l'union syndicale des magistrats en Moselle. Le projet, c'est ce texte que l'Assemblée nationale doit adopter ce mercredi, qui prévoit une réforme de la carte judiciaire. Parmi les projets, la création de tribunaux judiciaires à la place de tribunaux de grande instance et d’instance ou encore la spécialisation des tribunaux entre plusieurs départements. 

Oraison funèbre

"Cette réforme ne garantit pas du tout les droits des justiciables, ajoute Anne Fabert, notamment des plus démunis qui n'ont pas les moyens de prendre un avocat ou de se déplacer jusqu'à la juridiction la plus proche de leur domicile."

"Justice, ma chère justice, tu auras tant donné. Toi à qui les petits argentiers de Bercy n'ont cessé de demander de travailler plus pour gagner mois. Justice, la République t'a abandonné." C'est une véritable oraison funèbre que prononce le bâtonnier de Metz, Marc Charret, devant le cercueil désormais posé sur deux tréteaux. Un autre avocat joue une sonnerie aux morts au saxophone.

Une suite au mouvement ?

Plusieurs élus locaux ont également fait le déplacement, dont le maire de Metz, Dominique Gros. "On ne sait plus très bien ce qui se passe, mais en tout cas ce qui est sûr, c'est que la tentative est de vider de son contenu cette cour d'appel. Ma place est donc ici au milieu des magistrats, des avocats, qui défendent la Justice."

Les avocats de Metz doivent à nouveau se réunir ce mercredi matin pour décider de la suite qu'ils donneront à leur mouvement.