Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bonus-malus à 64 ans, minimum augmenté, réversion... les préconisations du rapport sur la réforme des retraites

-
Par , France Bleu

Jean-Paul Delevoye a dévoilé ses préconisations censées servir de base au projet de loi du gouvernement pour la réforme des retraites. Présenté aux syndicats puis au Premier ministre jeudi, ce rapport recommande notamment un "âge d'équilibre" à 64 ans, avec une décote en cas de départ avant.

Des retraités (illustration)
Des retraités (illustration) © Maxppp -

Après 18 mois de concertations et de consultation citoyenne, Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire à la réforme des retraites, a dévoilé ce jeudi ses préconisations qui doivent servir de base au projet de loi qui sera présenté dans les mois qui viennent.

Le nouveau régime universel doit entrer en vigueur au 1er janvier 2025. La première génération concernée est celle née en 1963. Il fonctionnera par points - et non plus par trimestres - et conservera une référence au "taux plein" pour inciter les Français à partir plus tardivement à la retraite.

Un "âge d'équilibre" à 64 ans avec décote/surcote

L'âge légal de départ à la retraite est maintenu à 62 ans dans le nouveau régime universel. L'âge de départ à un équivalent taux plein sera de 64 ans à partir de 2025.

Le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, propose dans son rapport que le futur "système universel" comprenne un "âge d'équilibre" assorti d'un système de décote/surcote, de 64 ans pour la génération née en 1963, dans son rapport rendu public jeudi.

Ce système par points, qui doit être mis en place en 2025 et remplacera les 42 régimes de retraite actuels, incitera "au prolongement de l'activité", soulignent les préconisations que M. Delevoye doit remettre en fin de matinée au Premier ministre Edouard Philippe.

Les assurés "auront toujours la liberté de partir en retraite" à l'âge légal de 62 ans. Mais M. Delevoye préconise que "l'âge du taux plein" permettant une retraite complète "soit le même pour tous, contrairement à aujourd'hui où il est compris entre 62 et 67 ans en fonction de la durée travaillée", et qu'il évolue "comme l'espérance de vie".

Ceux qui partiront avant cet âge-pivot, vivement contesté par plusieurs syndicats, verront ce rendement diminuer de 5% par année d'écart, quand ceux qui prolongeront leur activité au-delà bénéficieront d'un rendement majoré de 5% par an.

Un minimum de retraite augmenté à 85% du Smic net

Jean-Paul Delevoye a également proposé de garantir dans le futur "système universel" un minimum de retraite égal à 85% du Smic net, contre 81% pour les salariés et 75% pour les agriculteurs actuellement.

Ce nouveau minimum "bénéficiera notamment aux exploitants agricoles, aux artisans, aux commerçants et aux personnes, souvent des femmes, qui ont durablement travaillé à temps partiel".

Un dispositif de réversion garantissant au survivant 70% de la retraite du couple

Il a prône aussi que les pensions de réversion versées aux veuves et veufs dans le futur "système universel" garantissent 70% du total des retraites perçues par le couple.

Ce "dispositif unique" pour tous remplacerait "les 13 règles différentes existant actuellement", sans modifier "les règles applicables aux retraités actuels".

Une majoration de 5% dès le 1er enfant

Enfin, Jean-Paul Delevoye, propose de majorer les droits à la retraite de 5% par enfant et dès le premier enfant, contre 10% actuellement pour les parents de trois enfants et plus.

Cette majoration des points acquis pourra être partagée entre les deux parents, alors que la majoration actuelle est accordée aux deux parents. A défaut, elle sera attribuée à la mère, les femmes, qui "ont une pension moyenne inférieure de 42% à celle des hommes", devant être "les principales bénéficiaires des mesures de solidarité liées aux droits familiaux",

Les syndicats prêts à se mobiliser

Pour Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, "les précaires, les intérimaires, qui n'auront pas une carrière complète" seront les "principales victimes de cette réforme". Selon le leader syndical, dire que l'âge de départ à la retraite restera à 62 ans est un leurre : "_C'est vraiment nous prendre pour des imbéciles_, c'est nous dire 'on ne change rien mais si vous voulez manger avec votre pension de retraite, il va falloir travailler deux ans de plus'". 

"On est encore dans du flou artistique complet", s'agace Philippe Pihet, chargé du dossier des retraites au sein de FO. Les deux syndicats ont d'ailleurs déjà prévu des mobilisations à la rentrée

  - Visactu
© Visactu -
Les chiffres clés de la retraite en France - Visactu
Les chiffres clés de la retraite en France © Visactu - Visactu
Choix de la station

France Bleu