Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Réforme des retraites : la mobilisation s’essouffle en Loire-Atlantique

-
Par , France Bleu Loire Océan

Pour le 43è jour de mobilisation contre la réforme des retraites, les cortèges sont de moins en moins garnis en Loire-Atlantique. À Nantes il y avait 4.000 manifestants d'après la Police, 10.000 selon les syndicats qui revendiquaient 18.000 personnes jeudi 9 janvier.

La mobilisation a réuni 10000 personnes à Nantes d'après les syndicats
La mobilisation a réuni 10000 personnes à Nantes d'après les syndicats © Radio France - Fabrice Hawkins

Nantes, France

Il y a de moins en moins de monde dans les manifestations contre la réforme des retraites en Loire-Atlantique. D'après la police, 4.000 personnes étaient réunis ce jeudi 16 janvier à Nantes, 10000 manifestants selon les syndicats. Le 5 décembre, les syndicats revendiquaient 20.000 manifestants et jeudi 6 janvier ils en comptaient encore 18.000. À Ancenis, la tendance est la même. Seulement deux-cents personnes ce jeudi. À Chateaubriant, ils étaient moins de cent.

Le mouvement est en dents de scie, c'est normal après 43 jours de mobilisation"

À Nantes les cortèges sont de plus en plus clairsemés. Ce jeudi, les manifestants sont partis du miroir d'eau vers 11h30. Ils sont passés par la rue Fouré puis le quai Magellan avant d'arpenter la Chaussée de la Madeleine et le cours du 50 Otages. Les plus déterminés sont toujours là. Parmi eux, il y a évidemment des cheminots de la CGT mais aussi des professeurs et des membres de la fonction publique. "C'est vrai qu'il y a moins de monde" concède Ana, elle enseigne en primaire. "Cependant il ne faut pas lâcher, on ira jusqu'au bout pour défendre nos intérêts" poursuit-elle. D'après un syndicaliste de la CGT, "le mouvement est en dents de scie, c'est normal après 43 jours de mobilisation mais être là après un mois et demi c'est déjà très fort".

Beaucoup appellent les salariés du privé à les rejoindre pour faire grossir le mouvement. Le cortège s'est dispersé vers 13h00. Pas de dégât important à signaler mais trois personnes ont été interpellées par la police.

Livres jetés au sol par les enseignants en signe de contestation - Radio France
Livres jetés au sol par les enseignants en signe de contestation © Radio France - Fabrice Hawkins
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu