Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réforme des retraites : "Le gouvernement veut faire contre le peuple", dénonce la CGT du Cher

-
Par , France Bleu Berry

Le texte de la réforme des retraites est examiné à partir de ce lundi par les députés à l'Assemblée nationale. Et ce, malgré la contestation qui dure depuis le mois de décembre dans les rues partout en France.

Entre 5 500 et 8 000 personnes avaient manifesté à Châteauroux, jeudi 5 décembre, contre la réforme des retraites
Entre 5 500 et 8 000 personnes avaient manifesté à Châteauroux, jeudi 5 décembre, contre la réforme des retraites © Radio France - Jérôme Collin

Les députés examinent à partir de cet après-midi la réforme des retraites. Après avoir été approuvé en Conseil des ministres, c'est donc une nouvelle étape pour le texte de loi. Mais cela n'entame pas la motivation des organisations syndicales. "Nous sommes toujours aussi combatifs. Nous demandons le retrait complet du projet. C'est le seul mot d'ordre", martèle Sébastien Martineau, secrétaire départemental de la CGT dans le Cher. 

Un calendrier trop serré pour passer en force ?

Invité de France Bleu Berry ce lundi, il dénonce la marche accélérée du gouvernement. Notamment le fait que le texte examiné sera la version initiale de la réforme des retraites, sans prendre en compte les 22 000 amendements déposés et qui n'ont pas tous pu être traités par une commission spéciale. "Comment voulez-vous qu'il y ait autant d'amendements si le texte était correct ? Si vous avez autant d'amendements, sur le fond et sur la forme, c'est que le texte n'est pas bon", tranche Sébastien Martineau. "Pourquoi le calendrier a été aussi serré ? Les organisations syndicales ont fait des propositions concrètes. Rien n'a été pris en compte. Vous avez un mépris total des syndicats mais aussi des parlementaires parce qu'on les emmène dans un cadre où il n'y a pas de temps suffisant pour pouvoir travailler sereinement", déplore le secrétaire de la CGT dans le Cher.

Sur les 22 000 amendements déposés, 19 000 l'ont été par un seul parti : La France insoumise. LFI assume cette volonté de faire obstruction. "Si des partis politiques estiment qu'il faut déposer beaucoup d'amendements pour faire évoluer le texte et que c'est nécessaire, il faut faire confiance aux parlementaires", estime Sébastien Martineau. Pour lui, "on peut se poser la question de la volonté du gouvernement de passer en force. Le président de la République en a fait une réforme dogmatique".

Quelle suite pour le mouvement de contestation ?

La CGT appelle déjà à une nouvelle journée d'action jeudi 20 février. Même si le nombre de manifestants baisse de semaine en semaine. "Si on compare le nombre de manifestants, oui il y a une baisse. Mais nous sommes dans une période longue depuis le 5 décembre. Vous avez des mobilisations, des appels à la grève réguliers. Les salariés, on va leur laisser un peu de temps et puis continuer parce que la bataille va être longue", explique le secrétaire départemental de la CGT du Cher.

Certains élus ont exprimé l'idée d'organiser un référendum pour laisser le choix aux Français d'appliquer ou pas cette réforme des retraites. "Le référendum, c'est ce qui se passe actuellement. Vous avez des centaines de manifestations depuis le 5 décembre, énormément de salariés en grève et un soutien massif de la population, qu'est-ce que vous voulez de plus ? L'intersyndicale est majoritaire parmi les salariés", estime Sébastien Martineau, secrétaire de la CGT dans le Cher.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu