Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

VIDÉO - Grève du 5 décembre : plus de 20.000 manifestants à Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault

Importante mobilisation jeudi matin dans l'Hérault contre la réforme des retraites. A Montpellier le cortège parti du Peyrou vers 10h30 a rassemblé plus de 20 000 personnes selon la préfecture qui a compté 5 500 manifestants à Béziers et 1 500 à Sète.

Les manifestants devant l'hôtel de région quartier Antigone
Les manifestants devant l'hôtel de région quartier Antigone © Radio France - Sébastien Garnier

Montpellier, France

L'appel des syndicats à se mobiliser contre la réforme des retraites a été entendu dans l'Hérault. A Montpellier, plus de 20 000 manifestants ont défilé entre le Peyrou et l'Esplanade de l'Europe dans le quartier Antigone.  A Béziers ils étaient environ 5500 et 1200 à Sète selon la préfecture. Une mobilisation équivalente à celle des manifestations de l'automne 2010 sous Sarkozy, déjà contre la réforme des retraites.  

Des fonctionnaires en masse

A l'origine de la mobilisation, le futur système universel de retraites par points censé remplacer les 42 régimes existants. Un système plus lisible et plus juste selon le gouvernement.  Ce n'est pas l'avis des manifestants qui redoutent plus de précarité à l'image des enseignants très nombreux dans le cortège. Ils se disent spoliés par la réforme "D'après mes calculs on va passer de 2000 euros de retraite à 1300 euros, on va tomber dans la précarité" déplore une professeur de mathématiques du collège Clémence-Royer à Montpellier. "On a pas un gros salaire, la contrepartie  s'était la promesse de l'avoir toute notre vie, avec cette réforme le pacte est rompu" ajoute Hélène institutrice dans une école primaire de Montpellier. Très représentés aussi les  fonctionnaires territoriaux, agents des mairies, du département ainsi que les salariés de l'hôpital en blouse blanche.

Hélène institutrice dans une école primaire de Montpellier

Les avocats aussi 

Si la fonction publique constitue le gros du cortège, le secteur privé n'est pas en reste : chercheurs du groupe pharmaceutique Sanofi, salariés du groupe Nicollin  ou  ouvriers de Colas, l'entreprise de travaux publics en chasuble orange "La pénibilité de notre métier n'est même pas reconnue. Nous, la retraite on aimerait bien en profiter plus tôt, c'est 62 ans quand on y arrive". Remarqués aussi, les avocats dont les cotisations retraites vont passer de 14 à 28 %, ils craignent des fermetures de cabinet

Je suis débutant, je perçois 2000 euros avant charges, si on double les cotisations retraites ce n'est plus tenable ( Yvan Martin-Gros  jeune avocat au barreau de Montpellier)

Yvan Martin-Gros jeune avocat au barreau de Montpellier

Le défilé s'est déroulé dans le calme. Quelques heurts ont éclaté dans l'écusson en début d’après-midi entre manifestants et forces de l'ordre. Une trentaine de personnes ont été interpellées. 

Reportage dans le cortège montpelliérain

Les avocats dans le cortège - Radio France
Les avocats dans le cortège © Radio France - Sébastien Garnier
Une pancarte "retraite à points? perlim-pinipin!" - Radio France
Une pancarte "retraite à points? perlim-pinipin!" © Radio France - Sébastien Garnier
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu