Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Réforme des retraites : plus de 200 opposants au projet rassemblés à la gare d'Amiens

-
Par , France Bleu Picardie

Près de 300 personnes, selon les syndicats, se sont rassemblées sur le parvis de la gare ce 27 décembre. A l'occasion de cette 23ème journée de grève contre la réforme des retraites, les cheminots ont voté la reconduction de la grève jusqu'au 2 janvier. Le député LFI François Ruffin était présent.

Près de 300 personnes étaient présentes sur le parvis de la gare d'Amiens selon les syndicats.
Près de 300 personnes étaient présentes sur le parvis de la gare d'Amiens selon les syndicats. © Radio France - Marie Roussel

Amiens, France

Entre 200 et 300 personnes étaient présentes ce vendredi 23 décembre sur le parvis de la gare d'Amiens pour assister à l'assemblée générale des cheminots sur la réforme des retraites. A l'unanimité, les agents de la SNCF ont voté la reconduction de la grève jusqu'au 2 janvier. Alors qu'ils entament leur 23ème journée de contestation, ils l'assurent : ils sont toujours mobilisés. "On va pas se mentir, au niveau salaire, ça va piquer", affirme Vincent Eudeline, délégué syndical Sud Rail. "Mais on est motivé, on sait qu'on est le moteur du mouvement et on est toujours prêt pour aller au combat."

La responsabilité est du côté du gouvernement" - François Ruffin, député LFI dans la Somme.

A leur côté, il y avait des gilets jaunes, des étudiants et des enseignants. "On est mobilisés, surtout en vacances, assure Carole Hosteing représentante de l'union syndicale interprofessionnelle Sud Solidaires et professeure du second degré. Le mot d'ordre depuis la dernière grosse mobilisation de grève et de manifestation du 17 décembre c'était pas de trêve jusqu'au retrait. Or, à notre connaissance, même si Noël est passé il n'y a pas eu de retrait. Donc oui l'enjeu c'est de soutenir les cheminots et cheminotes qui sont en grève depuis le 5 décembre."

Pour remonter le moral des troupes, le député France Insoumise de la Somme François Ruffin a répondu à l'invitation des grévistes. "C'est un combat entre l'espérance et la résignation. Ils veulent notre résignation. Ils veulent qu'on se résigne. Ils veulent qu'on baisse les bras, ils veulent se décourage. Mais à la fin : c'est nous qui allons gagner !", martèle le parlementaire. 

Ce n'est pas un moment facile à vivre pour les grévistes"

"La responsabilité, aujourd'hui, elle est du côté du gouvernement. Il a décidé pendant quinze jours de faire la trêve parce que les ministres l'a font, de partir à Marrakech ou au fort de Brégançon et ne pas maintenir les négociations pour pas que ça avance plus vite. Je pense que tous les gars qui sont là ils sont pressés de reprendre le boulot. C'est des gens qui vont perdre 1000 euros, la moitié de leur salaire en janvier donc ce n'est pas un moment facile à vivre pour eux."

Une nouvelle manifestation est prévue pour ce samedi 28 décembre, à 14h au départ de la maison de la culture d'Amiens.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu