Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grève du 17 décembre : un seul cortège mais pas d'unité syndicale à Nantes

-
Par , France Bleu Loire Océan

C'est un nouvelle journée test pour les syndicats. Plusieurs organisations ont appelé à manifester une nouvelle fois contre le projet de réforme des retraites, dont le contenu a été présenté par le Premier ministre Édouard Philippe. A Nantes, il y aura un seul cortège, mais pas unité syndicale.

La manifestation du 5 décembre avait rassemblé 19 000 personnes à Nantes selon la police.
La manifestation du 5 décembre avait rassemblé 19 000 personnes à Nantes selon la police. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Nouvelle grosse journée de mobilisation ce mardi, toujours contre le projet de réforme des retraites. Un véritable test pour les syndicats, après les manifestations du 5 décembre dernier. Près de 35 000 personnes mobilisées en Vendée et en Loire-Atlantique. Désormais, on connaît les grandes lignes du projet du gouvernement : un système de retraite à points, un "âge pivot" à 64 ans pour partir avec une retraite à taux plein ou encore la fin des régimes spéciaux. A Nantes, un seul cortège partira du miroir d'eau à 10 heures, mais à l'intérieur, pas question de se mélanger. 

Chacun sa place dans le cortège

En tête, il y aura l'intersyndicale CGT, FSU, Solidaires et FO. Leur seule demande, c'est le retrait pur et simple du projet de loi. Plus loin derrière viendront les syndicats réformistes : la CFDT, l'Unsa, la Fage, et la CFTC, eux aussi mobilisés, mais seulement contre certaines dispositions du projet, comme par exemple l'âge pivot à 64 ans. "Nous ce que nous voulons, c'est négocier", dit la CFDT de Loire-Atlantique. "Il y a deux appels à manifester", explique un syndicaliste de l'Unsa, "mais les gens ne verront pas de différence physique dans le cortège." En revanche, il n'y aura pas d'unité syndicale : "C'est une action commune, le même jour.

Faire aussi bien que le 5 décembre

"Ce qui est important, c'est qu'on se retrouve sur la contestation de la réforme, en intégralité ou en partie", confie-t-on du côté de la FSU. Beaucoup espèrent une mobilisation au moins aussi forte que le 5 décembre, sans pour autant se faire trop d'illusion. La suite sera cruciale : les syndicats comme la CGT risquent de se retrouver isolés si le gouvernement recule sur l'âge pivot et invite la CFDT à la table des négociations."Ils vont faire jouer les oppositions syndicales et ça, ça va faire mal à notre image." 

La CFE-CGC "entre les deux"

Enfin dans le cortège, il y aura aussi la CFE-CGC, le syndicat des cadres. Seul entre les blocs, ni devant, ni derrière. Ils demandent le retrait du projet de loi en l'état. Repartir de zéro, négocier et élaborer un nouveau projet. Mais c'est une position compliquée à tenir, à quelques jours de Noël. "C'est une période cruciale pour beaucoup d'entreprises", reconnaît Xavier Dahéron, le vice président de la CFE-CGC en Loire-Atlantique. "Certaines réalisent la majeur partie de leur chiffre d'affaire, alors il n'est pas question d’enchaîner les actions pour la CFE-CGC. Il faut que le gouvernement prenne ses responsabilités et qu'il invite les organisations syndicales à négocier."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu