Société

Réforme territoriale : finalement rien ne change pour la Bretagne et les Pays-de-la-Loire

Par Mikaël Roparz, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu La Rochelle, France Bleu Loire Océan, France Bleu Maine, France Bleu Mayenne et France Bleu Poitou lundi 2 juin 2014 à 18:11 Mis à jour le lundi 2 juin 2014 à 21:57

La réforme territoriale de François Hollande

Finalement, la Bretagne reste bien à quatre départements et les Pays-de-la-Loire ne fusionnent avec personne. Après un cafouillage en fin de journée, François Hollande a enfin dévoilé sa réforme territoriale. Le nombre de régions passe de 22 à 14.

La voilà enfin la carte des futures régions de France. François Hollande a tranché. Son projet de réforme territoriale fixe à 14 le nombre de régions françaises, contre 22 actuellement, écrit François Hollande dans une tribune qui sera publiée mardi dans la presse quotidienne régionale. Une réforme émaillée de plusieurs rebondissements. Dernier en date, lundi en fin de journée, lorsque le président de la région Pays-de-la-Loire avait annoncé que François Hollande souhaitait une fusion des Pays-de-la-Loire avec Poitou-Charentes. Dans la soirée, après une réunion à l'Elysée, et de nouveaux ajustements, François Hollande annonce son projet. Ca ne bouge plus pour la Bretagne et les Pays-de-la-Loire. 

La Bretagne reste une région à elle seule mais n'hérite pas, dans ce projet, de la Loire-Atlantique, contrairement au voeu de certains élus et habitants qui se sont mobilisés pour "une réunification" de toute la région. Sans la Loire-Atlantique, "Hollande confirme Vichy qui avait créé en 1941 " les Pays de la Loire, s'est insurgé le député breton Marc Le Fur (UMP).D'autres voix s'étaient élevées lundi à gauche, dont celle de l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault, pour réclamer une fusion Pays de la Loire/Bretagne.

Des élections en 2015

"Je veux croire qu'une majorité politique nette se dessinera en faveur de ce projet ", explique le président qui souhaite à terme supprimer les conseils généraux. "L'objectif doit être une révision constitutionnelle prévoyant la suppression du conseil général en 2020 ", écrit le président.  "D'ici là les élections pour le conseil départemental seront fixées le même jour que celles pour les futures grandes régions à l'automne 2015 " alors qu'elles étaient prévues en mars, précise le chef de l'Etat. Rien ne change donc pour la Bretagne et les Pays-de-la-Loire.

Mardi après-midi, plusieurs rassemblements sont prévus devant les préfectures à Rennes, Quimper, Nantes, Vannes, Saint-Brieuc, Brest pour la réunification de la Bretagne.