Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Lassés par les affaires à répétition, des bénévoles du Refuge à Montpellier sortent du silence

-
Par , France Bleu Hérault

Silencieux jusqu'à maintenant, des bénévoles du Refuge à Montpellier sortent de leur "réserve" pour apporter leur soutien à l'ancienne direction, confrontée à de graves accusations qui donnent lieu à une enquête. Ils s'inquiètent des conséquences sur les missions de l'association.

Des bénévoles de Montpellier sortent de leur silence pour défendre l'ancienne direction
Des bénévoles de Montpellier sortent de leur silence pour défendre l'ancienne direction © Maxppp - Aurélien Morissard

Le Refuge porte bien son nom. Fondée il y a 18 ans à Montpellier, l'association accueille, héberge et accompagne des jeunes LGBT+ rejetés par leur famille en raison de leur orientation sexuelle. Reconnue d'utilité publique en 2011, unique en son genre en France, depuis cinq mois elle est dans la tourmente

2.000 jeunes hébergés, 3.500 accompagnés

Il y a d'abord une enquête accablante de Médiapart, en décembre dernier. En février 2021, les conclusions d'un audit confirment de sérieux dysfonctionnements. Poussé vers la sortie, le président-fondateur, Nicolas Noguier démissionne ainsi que son compagnon Frédéric Gall, directeur général de l'association, devenue fondation en 2020. 

Des langues se délient

Des voix s'élèvent alors pour porter de lourdes accusations contre l'ancienne direction : viol, agression sexuelle, attouchement, harcèlement moral, abus de faiblesse. Le parquet de Montpellier a ouvert une enquête préliminaire pour des "faits graves". Selon l'Association des anciens du Refuge (ADAR), début mai, 18 plaignants s'étaient fait connaitre, des jeunes pris en charge et des bénévoles. Certains ont déjà été convoqués pour être entendus par les policiers du commissariat central. À ce jour, personne n'est mis en examen.

Fausses accusations selon des bénévoles

Ce sont ces accusations qui ont poussé des "bénévoles actifs" de Montpellier, réunis au sein d'un collectif, à sortir "de leur réserve". Soutenant le couple mis à l'écart et par la voix de Romain Guillard, ils tiennent à faire savoir qu'elles sont "en complet décalage" avec ce qu'ils ont pu constater "au quotidien, avec l'ancienne direction du Refuge". Ils sont 10 signataires d'un communiqué à n'avoir jamais "été témoins, jamais subi, d'acte de harcèlement, de pression, de menace, quels qu'ils soient".

Effectifs réduits de moitié

Deux choses les inquiètent. "Suite au départ de Frédéric et Nicolas, on a la moitié des bénévoles sur la délégation de Montpellier qui sont partis". Leur nombre est passé de "22 à l'automne à une petite dizaine aujourd'hui". Forcément, certaines missions du Refuge en pâtissent comme par exemple "les interventions en milieu scolaire qui sont à l'arrêt. Ou le pôle santé pour sensibiliser les jeunes aux MST, on n'a plus personne pour l'animer".

Et les jeunes dans tout ça ?

Autre danger, les conséquences "sur les jeunes qui n'ont jamais poussé la porte du Refuge mais qui, voyant ce genre de choses, peuvent avoir une réserve légitime". Conclusion : Romain Guillard, bénévole depuis trois et demi, lance un appel à ces jeunes : "n'ayez pas peur, si vous avez besoin de nous, les conditions sont sécure". Aux futurs bénévoles également : "venez voir par vous-mêmes et surtout on a besoin de vous maintenant plus que jamais". Sans oublier l'actuelle direction, "celle qui a pris le relais", à qui il est demandé de donner des moyens pour assurer "notre mission sereinement".

Le communiqué signé par 10 bénévoles de Montpellier
Le communiqué signé par 10 bénévoles de Montpellier -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess