Société

Réfugiés : les maires de Vaucluse hésitent à prendre position

Par Aurélie Lagain, Daniel Morin et Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse lundi 14 septembre 2015 à 11:40

Accueil de réfugiés syriens en France
Accueil de réfugiés syriens en France © Max PPP

Les communes de Vaucluse candidates à l'accueil de migrants se comptent sur les doigts de deux mains. Les hésitantes sont plus nombreuses.

Seuls deux maires de Vaucluse se sont rendus samedi à la réunion au ministère de l'Intérieur sur l'accueil de réfugiés syriens et irakiens, un millier en urgence sur les 24.000 que la France s'est engagée à accueillir. Bernard Cazeneuve souhaitait réunir les maires "volontaires".

L'Etat prendra "ses responsabilités" a voulu rassurer le ministre, un coordinateur national a été nommé pour organiser l'accueil des migrants.

Plusieurs communes se sont déclarées candidates : Avignon, qui recense déjà via un numéro unique les possibilités d'accueil et d'accompagnement attend jusqu'à une cinquantaine de familles. La maire Cécile Helle (PS) s'est rendue à Paris samedi. 

"C'est une décision grave" (C. Gros, maire de Monteux)

Entraigues-sur-la-Sorgue, Morières-lès-Avignon, Saint-Saturnin-lès-Avignon, le Thor pourraient accueillir une ou plusieurs familles. Au Thor, le maire réunit son conseil municipal cette semaine, mais se positionne déjà pour l'accueil de réfugiés.

Yves Bayon de Noyer, maire du Thor avec Daniel Morin

La maire de Lagarde d'Apt réunit son conseil municipal dans quelques jours.

Elisabeth Murat, maire de Lagarde d'Apt avec Daniel Morin

Christian Gros, le maire de Monteux, annonce qu'il réunira également les élus la semaine prochaine : "C'est une décision grave".* Pas question de se porter volontaire pour le moment, explique-t-il ce lundi matin sur France Bleu Vaucluse, malgré sa présence samedi à la réunion sur les migrants.*

Christian Gros, maire de Monteux en direct à 8 heures

A Orange, le maire Jacques Bompard refuse d'accueillir des migrants, mais certains de ses administrés ne sont pas de cet avis. Vendredi, le responsable de la mosquée Lumière de Dieu a lancé un appel aux familles, tout en demandant à l'Etat de vérifier que des combattants de Daesch ne se dissimulent pas dans le nombre.

Mohamed Otmani, avec Philiippe Paupert

Même inquiétude de la part de la communauté catholique. Le père Régis Doumas espère que les Chrétiens se mobilisent pour accueillir plusieurs familles.

Régis Doumas, avec Philippe Paupert

.