Société

Réfugiés syriens : sur les hauteurs de Tardy, la nouvelle vie de Samira

Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 11 septembre 2016 à 21:09

L'étudiante syrienne habite dans une maison dont le jardin regorge de framboises et de mûres.
L'étudiante syrienne habite dans une maison dont le jardin regorge de framboises et de mûres. © Radio France - Angy Louatah

Il y a un an et demi, Samira a du quitter la Syrie et son école d'architecture de Damas. Après un passage en Turquie et en Grèce, elle est arrivée en France. Depuis sept mois, l'étudiante de 27 ans vit à Saint-Étienne où son intégration se fait presque sans encombre.

Samira a retrouvé son projet professionnel. Elle a intégré l'école d'architecture de Saint-Étienne, un an et demi après avoir quitté celle de Damas. Elle habite sur les hauteurs de Tardy à Saint-Étienne, au deuxième étage d'une maison qu'elle partage avec trois colocataires et son petit ami. Dans son jardin, les framboises et les mûres ne sont pas rares. Une poule a élu domicile, le cadre est bucolique, reposant.

C'est vraiment très calme ici, j'adore ça. C'est dur d'arriver dans un nouveau pays sans connaitre la langue, mais depuis que je suis à Saint-Étienne, j'ai rencontré des gens très chaleureux. (Samira)

Dans le jardin de Samira

Mais les tracas administratifs ne sont jamais bien loin et c'est désormais la seule chose qui entrave son intégration. Samira a obtenu la protection du statut de réfugié pour un an, quand son petit ami, arrivé en France à la même période, a obtenu 10 ans. Selon elle, c'est lors de l'entretien avec l'Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA) qu'elle n'a pas su convaincre de la nécessité pour elle de rester en France.

Lors de sa prochaine demande, elle compte s'appuyer sur un nouvel argument. Le fait d'étudier et d'avoir un projet pourrait l'aider dans les années qui viennent. Elle s'accroche donc à cela, entend bien aller au bout de son cursus et commencer à travailler. Ici, en France.

"J'ai quelque chose à faire ici"

* Prénoms changés

Partager sur :