Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Grand Est parmi les 3 régions les moins attractives de France

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine

Entre 2010 et 2015, la population résidentielle du Grand Est n'a quasiment pas augmenté. C'est l'une des régions les moins attractives de métropole. La Meuse et les Vosges notamment font figure de mauvais élèves.

Taux d’évolution annuel de la population entre 2010 et 2015, par Etablissement public de coopération intercommunale (EPCI)
Taux d’évolution annuel de la population entre 2010 et 2015, par Etablissement public de coopération intercommunale (EPCI) - Insee

Au 1er janvier 2015, notre région comptait 5.559.100 habitants. Soit + 0.1% de plus par rapport à 2010, bien loin de la moyenne nationale (+0.5% par an). 

Selon les chiffres publiés par l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), le Grand Est est la troisième région la moins attractive de métropole après l’Île de France et les Hauts-de-France. Si l'Alsace, l'Aube et la Marne enregistrent encore une progression de leur population résidentielle, les départements lorrains attirent les touristes mais pas les résidents à l'année. Les Vosges et la Meuse notamment enregistrent chaque année une baisse de leur nombre d'habitants. 

Dans ces deux départements, "la population diminue plus vite que dans les 2 décennies précédentes", analyse Jean-Pierre Courson, responsable des études pour l'Insee du Grand Est. "Dans les Vosges, _la situation est particulièrement défavorable car les naissances ne compensent plus les décès_", ajoute t-il. Avec une population vieillissante et un nombre d'arrivées inférieur à celui des départs, le calcul est  vite fait : - 0.4% par an. 

La Meuse et les Vosges font partie des 9 départements français qui perdent le plus d'habitants
La Meuse et les Vosges font partie des 9 départements français qui perdent le plus d'habitants - Insee

Des agglomérations peu dynamiques

En Meurthe-et-Moselle et en Moselle, la population reste stable, grâce aux naissances. Mais pour l'analyste de l'Insee, "les agglomérations lorraines ne jouent pas leur rôle de moteur comme on peut le voir dans les départements alsaciens grâce aux trois locomotives que sont les agglomérations de Strasbourg, Mulhouse et Colmar". Ainsi, si le Grand Nancy réussit à conserver ses habitants, au même niveau que dans les années 90, la communauté d'agglomérations de Metz a plutôt tendance à en perdre. 

Quand aux petites villes et communes isolées, elles se dépeuplent rapidement. Seule exception : le long de la frontière luxembourgeoise où la tendance s'inverse. La population de certains villages frontaliers de Moselle augmente ainsi de 0.8% par an.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess