Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Régionales en Ile-de-France : Marie-Pierre de la Gontrie, rivale de Jean-Paul Huchon, se rallie à Claude Bartolone

jeudi 7 mai 2015 à 17:16 - Mis à jour le jeudi 7 mai 2015 à 18:00 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

Claude Bartolone a reçu, jeudi soir, le soutien du Premier ministre Manuel Valls. Le président de l’Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, est toujours candidat à l'investiture socialiste pour les régionales. Marie-Pierre de la Gontrie a renoncé à la sienne jeudi matin et comme Anne Hidalgo, elle a apporté son soutien à Claude Bartolone. La maire de Paris appelle Jean-Paul Huchon à faire de même.

Clone of Claude Bartolone,
Clone of Claude Bartolone, © Maxppp

Le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone sera-t-il le seul candidat à la primaire socialiste? Il a reçu en tout cas un soutien de poids jeudi soir, celui du Premier ministre Manuel Valls. Cette primaire, prévue le 28 mai 2015, doit permettre aux militants de choisir celui qui portera les couleurs du PS aux prochaines élections régionales en Ile-de-France.

Pour l’instant, deux candidats sont en lice : l’actuel président de la région, Jean-Paul Huchon, et Claude Bartolone qui s’est déclaré mercredi soir à la surprise générale.

Claude Bartolone engrange les soutiens au PS

Si jeudi soir Manuel Valls apportait officiellement son soutien à Claude Bartolone, jeudi matin, c’était la vice-présidente de la région, Marie-Pierre de la Gontrie, déjà candidate à l’investiture, qui annonçait qu’elle se retirait au profit de Claude Bartolone. La maire de Paris, Anne Hidalgo s’est aussi ralliée à lui et a appelé Jean-Paul Huchon à l’imiter.

La députée de Seine-Saint-Denis, Elisabeth Guigou, l’a rejoint comme Stéphane Troussel, le président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis.

Invité politique de France Bleu 107.1 jeudi matin, Stéphane Troussel a réagi et s'est dit favorable à une candidature socialiste unique : "Il fallait essayer de rassembler les socialistes autour d’une candidature qui nous permette d’entrer vite en campagne, à la fois pour défendre ce que nous avons fait, mais aussi pour porter un nouveau projet et éviter que le projet, qui est celui de la droite depuis toujours en Ile-de-France, d’une région "ségréguée", de territoires riches et de territoires plus défavorisés. Et bien si on ne veut pas de ça, il faut une forte candidature qui nous rassemble ".

Dès l’annonce de la candidature de Claude Bartolone, mercredi soir, Benoit Hamon, qui pensait se lancer, n’a pas donné suite et a indiqué qu’il lui apportait son soutien total. Même réaction pour Martine Aubry en meeting au Pré-Saint-Gervais et qui voit cette annonce comme "une formidable nouvelle " pour la région. "Je suis convaincue qu’avec lui, on gagnera ".

Jean- Paul Huchon fait de la resistance  

A la tête de la région depuis 17 ans, Jean Paul Huchon s’était dit prêt pour un éventuel 4ème mandat. La candidature de Claude Bartolone change la donne mais Jean-Paul Huchon, contrairement à Marie-Pierre de la Gontrie, ne s’est pas retiré pour l’instant.

Pour garder l’Ile-de-France, il faut être uni : c’est le crédo de Claude Bartolone qui trouve que la multiplication des candidats pour la primaire socialiste fait désordre. Jean-Paul Huchon a entendu mais il ne veut pas être mis sur la touche. Il veut être au coeur de la campagne. Dans un communiqué, mercredi soir, l’actuel président de la région indiquait qu’une rencontre était prévue avec Claude Bartolone dans les prochains jours "pour permettre le rassemblement le plus large possible des socialistes franciliens ". 

La décision de Claude Bartolone ne remet pas non plus en cause la candidature des Verts. "Il y aura une candidature autonome d’EELV en Ile-de-France ", a réaffirmé Emmanuelle Cosse, candidate écologiste pour les régionales.

A droite, c’est la députée et ancienne ministre Valérie Pécresse qui mène la liste UMP.

Les élections régionales auront lieu les 6 et 13 décembre 2015.