Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

« Régularisez les sans-papiers » : l’appel au préfet de Meurthe-et-Moselle en période de coronavirus

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le préfet de Meurthe-et-Moselle a été interpellé par 17 associations et syndicats pour régulariser des personnes déboutées du droits d’asile. Des familles avec enfants dans l’impossibilité de se soigner correctement.

Des jeunes migrants pris en charge par une association à Nancy. Image d’illustration.
Des jeunes migrants pris en charge par une association à Nancy. Image d’illustration. © Radio France - Thierry Colin

Le milieu associatif qui vient en aide quotidiennement aux sans-papiers fait le constat d’une précarité accrue par la crise sanitaire du coronavirus. Et c’est en voyant le Portugal faire un geste d’intégration durant cette crise exceptionnelle que 17 associations et syndicats ont fait une demande solennelle au préfet de Meurthe-et-Moselle. 

Des associations qui demandent à la préfecture de régulariser des familles déboutées du droit d’asile. Cela représente « une trentaine de familles intégrées, avec des enfants scolarisés » qui se retrouvent dans l’illégalité et l’impossibilité de se soigner à Nancy, mais aussi Neuves-Maisons ou dans le Pays-Haut. 

Pour continuer à vivre, pas mal d’entre eux travaillent au noir,  donc il s’agit de les remettre dans une activité classique, protégés par le droit du travail

Des familles ou des jeunes majeurs qui ne peuvent pas repartir dans leur pays d’origine - les frontières sont fermées - et qui ne peuvent pas travailler autrement qu’au noir. Et avec le confinement, la débrouille n'est plus possible. Surtout, le côté sanitaire inquiète les bénévoles car faute d’accès aux soins, ces personnes sont vulnérables.

Familles et jeunes majeurs 

Pour Philippe Leclercq, porte-parole du collectif qui compte notamment RESF, Médecin du monde, la Ligue des droits de l’homme ou encore le Syndicat des avocats de France : « beaucoup de ces familles n’ont pas accès à l’aide médicale, donc ils hésitent à consulter les médecins et s’ils ne sont pas soignés, il y a risque de transmettre le virus » et de noter que « ils ont trouvé des solutions pour continuer à vivre et pas mal d’entre eux travaillent au noir,  donc il s’agit de les remettre dans une activité classique, protégés par le droit du travail ». 

Les parents ont des propositions d'embauche et des jeunes ont des contrats d'apprentissage 

Le communiqué du collectif précise que « les familles ou jeunes déclarés majeurs sont en France depuis plusieurs années et les parents ont des propositions d'embauche. Certaines personnes ont même produit des fiches de paie, des jeunes ont des contrats d'apprentissage ». 

Pas de réponse de la préfecture

Et le collectif de poursuivre sa lettre au préfet : « nous sommes persuadés que vous nous suivrez sur les deux aspects de notre demande : la santé publique et le besoin de l'économie » et appelle au soutien des parlementaires.

Ce mercredi 15 avril, la préfecture et le gouvernement n'ont donné aucune réponse à la lettre adressée le 10 avril et signée par Amnesty international, Action des Chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT54), Association de Solidarité avec le peuple Sahraoui (ASPS), Droit au logement (DAL54), État généraux des migrations (EGM Nancy Meurthe-et-Moselle Sud), Europe écologie les verts Grand Nancy (EELV), Fédération syndicale unitaire (FSU54), Front social 54, Ligue des droits de l'homme Nancy (LDH), Lorraine-Grèce solidarité santé (LGSS), Médecins du monde, Mouvement pour une alternative non violente (MAN), Mouvement de l’objection de conscience (MOC), Réseau éducation sans frontière (RESF), Toit d'urgence, Un toit pour les migrants, Syndicat des avocats de France (SAF).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu