Élections

A Reignac, les électeurs FN sont perplexes sur le nouveau gouvernement

Par Chloé Gandolfo, France Bleu Gironde jeudi 18 mai 2017 à 19:09

A Reignac, le Front National est arrivé en tête au premier et au second tour de la présidentielle.
A Reignac, le Front National est arrivé en tête au premier et au second tour de la présidentielle. © Radio France - Chloé Gandolfo

Jeudi, Emmanuel Macron a présidé son premier Conseil des Ministres composé à la fois de personnalités de droite, du centre et de gauche. A Reignac, l'une des communes de Gironde où le Front National a enregistré ses meilleurs scores à la présidentielle, les habitants s'interrogent.

Dans cette petite commune de Gironde où vivent 1400 personnes, le Front National est arrivé en tête au premier tour avec 35% des voix. Devant François Fillon (17%) et Jean-Luc Mélenchon (15%). Au lendemain de la nomination des ministres par Edouard Philippe, à la boulangerie de Reignac, Rémy passe rapidement s'acheter une baguette à la pause déjeuner. Ce jeune électeur de droite travaille dans la commune depuis 4 ans. Le 23 avril il a voté Marine Le Pen pour la première fois pour en finir avec les partis traditionnels. Au second tour, le trentenaire a longtemps hésité à voter pour Emmanuel Macron mais il s'est ravisé au dernier moment. Pour lui, un gouvernement qui réunit à la fois des personnalités de droite et de gauche c'est un très bon signal.

"Hâte de voir"'

"C'est bien de mélanger un peu entre la droite et la gauche. On a hâte de voir ce que ça va donner. Au final, ils sont souvent d'accord entre eux, mais juste parce qu'ils sont pas du même clan parfois ça ne passe pas. Je trouve ça un peu bête", lance-t-il avant d'entrer chez la commerçante.

Pour Vanessa qui réside à Reignac depuis 10 ans, ministre de gauche ou ministre de droite, peu importe. Pour cette mère de famille, épouse d'un chauffeur-routier c'est l'euro le problème. Sortir de la monnaie commune c'est justement ce qui l'a convaincue de voter pour Marine Le Pen pour la première fois.

Certains veulent laisser une chance au gouvernement...

"Avec le franc, on arrivait à mettre de côté, maintenant on n'y arrive plus. Il faudrait que le gouvernement fasse quelque chose pour ça. Pour que tous les Français même ceux qui ont un petit salaire puissent s'en sortir", soupire-t-elle. Si Vanessa a voté pour le Front National c'est surtout dans l'espoir de changer les choses et d'améliorer son pouvoir d'achat et le quotidien de sa famille. Elle espère que les nouveaux ministres travailleront à aider davantage les précaires. Pour cela, d'ailleurs elle envisage de ne pas voter FN aux législatives.

... d'autres veulent voter FN aux législatives

Pour Marie-Paule, c'est l'extrême inverse. Cette retraitée vient tout juste de quitter son Loir-et-Cher natal pour rejoindre son compagnon, vigneron à Reignac. Pour expliquer son vote FN, elle évoque notamment la volonté de supprimer les aides au logement qui serait inscrite au programme d'Emmanuel Macron. Seulement, cette mesure ne figure pas sur la feuille de route du Président de la République, la rumeur a en réalité été propagée par plusieurs internautes via un site de canulars.

Pour cette retraitée le nouveau gouvernement composé de personnalités issues de la gauche, de la droite et du centre n'est pas synonyme de renouveau, au contraire : "On a la continuité, on n'a pas le changement. Le gouvernement est nommé maintenant il va falloir voir le reste". Voir le reste, signifie pour elle voter FN aux législatives. Marie-Paule et son compagnon affirment vouloir voter de nouveau pour le Front National le 11 juin.

Au second tour de la présidentielle à Reignac 424 personnes ont voté pour Marine Le Pen, 361 ont voté Macron. 416 personnes se sont abstenues ou ont voté blanc ou nul. - Radio France
Au second tour de la présidentielle à Reignac 424 personnes ont voté pour Marine Le Pen, 361 ont voté Macron. 416 personnes se sont abstenues ou ont voté blanc ou nul. © Radio France - Chloé Gandolfo

A Reignac, l'une des communes de Gironde où le FN a enregistré ses meilleurs scores, les habitants s'interrogent sur le nouveau gouvernement gauche-droite.