Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Reims : comment font les plus démunis face à ce froid subit ?

mardi 30 octobre 2018 à 12:39 Par Sophie Allemand, France Bleu Champagne-Ardenne

Alors que les premiers flocons sont tombés dans la Marne ce mardi, le froid surprend aussi les plus démunis alors que les centres d’accueil de nuit ne sont pas encore ouverts. A Reims, le 115 est surchargé et les associations compensent comme elles peuvent.

Le café du matin aux restaurants du coeur du centre de Reims
Le café du matin aux restaurants du coeur du centre de Reims © Radio France - Sophie Allemand

Reims, France

Le froid est arrivé trop vite et trop tôt en cette fin octobre, avec déjà des premiers flocons de neige ce mardi 30 octobre. Premières difficultés aussi pour les plus démunis, alors que les centres d'accueils de nuit ne peuvent pas encore les accueillir. Au Secours Catholique et aux Restaurants du Cœur de Reims, on se réchauffe comme on peut autour d'une table ou dans une douche. Mais novembre s'annonce rude.

115 surchargé, seule solution : le petit-déjeuner

La semaine de 9 h à 11 h au Secours Catholique de Reims, chacun peut venir prendre un petit-déjeuner et une douche. 200 personnes viennent s'y restaurer tous les matins. En particulier ce lundi, sous 6 degrés, les SDF sont de plus en plus nombreux à venir.

Les bénévoles servent un petit déjeuner avec boisson chaude, meilleure solution pour se réchauffer après une nuit dehors - Radio France
Les bénévoles servent un petit déjeuner avec boisson chaude, meilleure solution pour se réchauffer après une nuit dehors © Radio France - Sophie Allemand

Là-bas, les bénévoles appellent le 115 tous les jours, sans succès. "On nous dit qu'il n'y a pas de place. Pour ces personnes là il est obligatoire d'appeler le 115 tous les jours. Mais ça devient désespérant car la réponse est la même tous les jours. Ils sont submergés," raconte Antoine Libert, bénévole au Secours Catholique de Reims depuis une dizaine d'année. 

Je viens pour le petit-déjeuner et surtout la douche pour me réchauffer. Si on a une couverture et un duvet pour dormir ça passe, je me couvre avec les deux. Les aides vont commencer à revenir en novembre, on va attendre patiemment. Il y aura des maraudes, faudra juste y aller, prendre un chocolat chaud : ça nous réchauffe au moins pour la nuit - Julien, 30 ans, SDF

La préfecture de Châlons-en-Champagne recense environ 600 places au 115, ce qui ne semble pas suffisant. Julien a 30 ans, il vit dans la rue depuis quelques mois et n'a jamais de place au 115. Cet accueil matinal au Secours Catholique le sauve après ses nuits glacées.

Michel Dardart, médecin bénévole au Secours Catholique de Reims - Radio France
Michel Dardart, médecin bénévole au Secours Catholique de Reims © Radio France - Sophie Allemand

Le site offre aussi un accès aux soins médicaux. Une nécessité assurée par Michel Dardart, médecin bénévole sortant d'une consultation avec une famille qui va devoir passer la nuit dehors. "On leur donne des conseils pour éviter la contamination virale. On leur donne des vaccins anti-grippe, on leur dit de bien se couvrir mais ce n'est pas évident," explique le médecin. 

Les distributions des Restaurants du Cœur en pause pendant le mois de novembre

Aux Restaurants du Cœur des Poissonniers à Reims, ce lundi 29 octobre marquait la fin de la saison d'été. Ce qui veut dire que pendant un mois, il n'y aura pas de distribution de nourriture complète et régulière. Une coupure qui a lieu jusqu'au 27 novembre, date de lancement national de la campagne d'hiver de l'association.

Lundi 29 octobre, dernière distribution de la saison d'été aux Restos du Coeur de Reims - Radio France
Lundi 29 octobre, dernière distribution de la saison d'été aux Restos du Coeur de Reims © Radio France - Sophie Allemand

Un litre de lait, des conserves, des légumes et des yaourts : Christophe repart avec un beau cadis, mais c'est son dernier de la saison. En novembre, seuls les plus démunis auront le droit à un colis de dépannage à base de conserves et de gâteaux. 

Je vais me retrouver un mois sans l'aide des Restaurants du Cœur, ça va être dur. L'hiver, le colis qu'ils vont me donner est très important pour moi : le moment où l'on passe de la chaleur au froid, c'est le moment où je mange le plus. Le colis d'été j'en avais besoin, mais finalement, c'est pendant que ça ferme que j'en ai le plus besoin - Christophe, bénéficiaire des colis de l'association

Sylvie, bénéficiaire elle aussi des Restaurants du Cœur, a anticipé : "on va devoir taper un peu dans nos réserves, qu'on a gardé d'avance." Ce délai est nécessaire à la centaine de bénévoles de Reims, cela leur laisse un mois pour réinscrire les 5000 bénéficiaires des trois centres de la ville. Ils sont d'ailleurs toujours en quête de bénévoles supplémentaires.