Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Reims : nouveau camp de demandeurs d'asile

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Une quinzaine de personnes sont installées depuis la semaine dernière sur un terrain de foot, près de Saint-Remi.

Le camp de migrants rue Henri Paris à Reims
Le camp de migrants rue Henri Paris à Reims © Radio France - Aurélie Jacquand

Reims, France

Ils sont Arméniens, Tchétchènes, Roumains, essentiellement des familles et des jeunes enfants en demandes d'asile. Sur le terrain qu'ils occupent avec des collectifs d'aide aux migrants, quelques tentes et des bâches leur servent à s'abriter. La plupart sont des nouveaux arrivants à Reims, sans solution d'hébergement.

La loi prévoit pourtant qu'un demandeur d'asile soit logé le temps d'étudier son statut. Une disposition pas toujours prise en compte. "Ils m'ont dit qu'ils manquaient de place pour me loger", confie Madina, arrivée sur le camp après deux mois passés dans un parc de Reims. Ancienne avocate en Ingouchie, une province de Russie, elle a dû quitter son pays où sa profession l'a mise en danger. 

L'attente pourrait être longue pour les migrants du camp : jusqu'à 6 mois avant de recevoir une réponse, valide ou non. Philippe Cuisset, bénévole sur le camp, considère que l'Etat ne remplit pas ses obligations envers ces personnes. "Il y a une volonté politique de ne pas loger ces personnes. Des logements dans Reims, il y en a des tonnes qui sont vides", dénonce-t-il.

Le camp d'une quinzaine de personnes accueille également depuis jeudi des occupants de l'immeuble évacué rue de Cernay, dans l'est de la ville. Le terrain de foot, lui, avait déjà été occupé une première fois avant d'être démantelé à l'automne 2018.  Il pourrait l'être à nouveau dans les prochaines semaines, la mairie de Reims dénonçant l'occupation illégale d'un terrain municipal.