Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Reims : l'acte 2 des "gilets jaunes" n'a pas eu lieu

Par

Environ 550 "gilets jaunes", d'après la préfecture, ont tenté de manifester à Reims, ce samedi, dans le cadre d'un appel national, comme le 18 mai. Des contrôles ont dispersé les manifestants et empêché la formation du cortège. Le dispositif des forces de l'ordre était très important.

Des dizaines de camions de CRS ont bouclé la ville, les 200 caméras de vidéosurveillance de la ville ont servi à repérer les manifestants. Des dizaines de camions de CRS ont bouclé la ville, les 200 caméras de vidéosurveillance de la ville ont servi à repérer les manifestants.
Des dizaines de camions de CRS ont bouclé la ville, les 200 caméras de vidéosurveillance de la ville ont servi à repérer les manifestants. © Radio France - Diane Sprimont

Après les dégâts de la manifestation du 18 mai, la préfecture a mis en place un dispositif important pour sécuriser la ville de Reims ce samedi. 19 personnes ont été interpellées et 9 placées en garde-à-vue. Les 200 caméras de vidéosurveillance de la ville ont servi aux forces de l'ordre à repérer les potentiels manifestants. 

Publicité
Logo France Bleu

Pour le préfet de la Marne, Denis Conus, il était important de protéger les Rémois afin de ne pas raviver les mauvais souvenirs du 18 mai dernier. 

loading

Des dizaines de commerçants barricadés 

Alain, le responsable de l'Hôtel l'Alsace, passe son samedi dans le noir. A part le match de football, pas un bruit dans ses locaux. Alain a acheté pour 300 euros de planches en bois afin de se barricader. "M_ême là je ne suis pas encore rassuré_, regrette-t-il.  Je me demande s'il y en a pas deux ou trois qui pourraient rentrer et puis casser à l'intérieur, même m'agresser physiquement." 

Comme beaucoup de commerçants reimois, l'Hôtel l'Alsace s'était barricadé pour cet acte 2 © Radio France - Diane Sprimont

Si Alain a peur, c'est parce que le 18 mai dernier, les vitres de sa façade et de ses deux portes d'entrées ont été brisées. Coût des réparation : 6.800 euros, à cela il faut ajouter les 3.000 euros de chiffre d'affaire qu'il a perdu étant donné que son bar restaurant a dû rester fermé pendant deux semaines. 

Alain, le responsable de l'hôtel et sa femme, attendent barricadés que ce samedi d'appel à la mobilisation passe. © Radio France - Diane Sprimont

Ma France : Mieux vivre

Après vous avoir interrogés sur les "économies d'énergie", nous avons choisi de nous intéresser à vous, via cette nouvelle consultation citoyenne, lancée avec Make.org . Que faites-vous ou que voudriez-vous faire pour améliorer la qualité de votre quotidien, de votre vie même ? Bien-être, activités physiques, alimentation, activités créatives, voyages, réorientation professionnelle, changement de vie, valeurs familiales, etc. : partagez avec les autres vos bonnes idées, actions et réflexions.

Publicité
Logo France Bleu