Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Reims : une étape pour les pèlerins qui arrivent du nord de l'Europe

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Qu'ils choisissent les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle ou la "Via Francigena" vers Rome, de nombreux pèlerins du nord de l'Europe font étape à Reims. Les bénévoles de l'association "Randonneurs et pèlerins" de la Marne organisent un accueil à la cathédrale. Rencontre.

L'accueil des pèlerins à la cathédrale est ouvert de 14 h à 18 h.
L'accueil des pèlerins à la cathédrale est ouvert de 14 h à 18 h. © Radio France - Sophie Constanzer

Reims, France

Quand ils font étape à Reims, les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle sont à... 2000 kilomètres de l'arrivée ! Et c'est à la cathédrale de Reims, qu'ils peuvent trouver des cartes, des informations sur les hébergements, ou encore le fameux tampon avec la coquille Saint-jacques. Comme chaque année, des bénévoles de l'association "Randonneurs et pèlerins" de la Marne tiennent une permanence à l'intérieur de la cathédrale tous les après-midi (permanence ouverte du 15 mars au 30 septembre). "Ils arrivent avec leur crédential et ils viennent donc le faire tamponner ici... parce que ce document leur servira à l'arrivée à Santiago pour obtenir ce qu'on appelle la compostella, c'est le baccalauréat du pèlerin...", explique René l'un des bénévoles.

A Reims, se retrouvent deux types de pèlerins.  - Radio France
A Reims, se retrouvent deux types de pèlerins. © Radio France - Sophie Constanzer

La pire chose, c'est la pluie -- Francisco, un pèlerin parti de Finlande

La plupart des pèlerins qui passent par Reims viennent du nord de l'Europe, de Belgique, des Pays-Bas, et parfois de plus loin encore. Francisco, 56 ans, est parti de Finlande avec un ami, direction Santiago en Espagne, et il a déjà parcouru 2000 km. Il reconnaît que trouver un hébergement n'est pas toujours facile : "en Allemagne c'est très difficile et très cher, en Belgique c'est déjà un peu mieux, en France c'est encore mieux...". Mais le plus dur ça reste la météo depuis le début de son périple ! "La pire chose c'est la pluie, parce qu'on est mouillés tout le temps...", sourit Francisco. Lors de son étape à Reims, il a choisit le Centre international de séjour (CIS) : c'est là que les pèlerins sont orientés en priorité par les bénévoles de l'association Randonneurs et pèlerins de la Marne. On y rencontre aussi Mark, un américain.

On a de plus en plus de pèlerins sur la Via Francigena - Bernadette, bénévole à l'accueil pèlerins à la cathédrale

Mark n'a pas choisi les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, mais le pèlerinage vers Rome : la Via Francigena qui part de Canterbury en Angleterre. Et ce père de famille a plaqué son boulot à Washington pour marcher pendant trois mois, avec trois motivations. "Numéro un : être plus proche de Dieu. Numéro 2 : apprendre d'autres cultures. Et en 3, apprendre sur moi, sur mes propres limites... car je ne suis plus un jeune homme...", explique Mark. Et comme lui, de plus en plus de marcheurs choisissent le pèlerinage vers Rome. "L'écart entre Compostelle et Rome diminue... on en a de plus en plus sur la Via Francigena", remarque en regardant ses registres Bernadette, l'une des bénévoles qui accueille les pèlerins à la cathédrale de Reims.

Rencontre avec des pèlerins qui font étape à Reims

Tous ne marquent pas d'arrêt à la cathédrale, mais près de 500 pèlerins sont déjà passés par l'accueil de la cathédrale depuis le début du mois d'avril.

Choix de la station

France Bleu