Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Alternative à la surpopulation des prisons : le travail d'intérêt général à l'honneur en Côte-d'Or

lundi 3 décembre 2018 à 15:55 Par Sophie Allemand, France Bleu Bourgogne

En France, le travail d'intérêt général ne se substitue à l'enfermement que pour 6 % des peines. Mais la mesure se développe, Nicole Belloubet, la garde des Sceaux, veut mettre en place une agence nationale. Alors quels avantages au TIG ? Reportage à la MJC des Bourroches à Dijon et témoignage.

Une pièce en cours de rénovation par des personnes en travail d'intérêt général à la MJC-centre social des Bourroches, Dijon
Une pièce en cours de rénovation par des personnes en travail d'intérêt général à la MJC-centre social des Bourroches, Dijon © Radio France - Sophie Allemand

Côte-d'Or, France

Les prisons sont surpeuplées et le travail d'intérêt général est une solution à cet engorgement. Ce dispositif permet aux personnes condamnées pour petit délit de participer à des projets comme de l'entretien, de la rénovation de patrimoine ou encore des actes de solidarité. Un colloque avait lieu ce lundi à Chorey-lès-Beaune pour échanger sur le TIG et son développement.  

Car cette mesure de justice s'étend, la ministre de la justice Nicole Belloubet souhaite créer une agence nationale. Une plateforme numérique présentant les offres de TIG au niveau nationale sera expérimentée dès janvier dans quatre juridictions. Le TIG pourraient s'appliquer pour des peines plus graves également. 

Alors, quels avantages ? Nous avons visité la MJC-centre social des Bourroches à Dijon, qui a accueilli une vingtaine de TIG depuis cinq ans.

Un système donnant-donnant : "on est plutôt là pour valoriser ce que savent faire ces personnes" 

L'ampleur du TIG est définie en fonction de la nature de l'infraction : 20 à 120 heures en cas de contravention, 20 à 210 heures en cas de délit jugé au tribunal correctionnel. L'organisme doit recevoir une habilitation du juge d'application des peines pour cinq ans, du ministère de la justice au niveau national. A Dijon, il y a 30 organismes habilités à recevoir des TIG. 

Si la structure habilitée rencontre quelconque difficultés avec un TIG, elle n'a qu'a contacter le SPIP, Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation de la Côte-d'Or qui suit des centaines de personnes dans le département durant tout le processus. 

La salle de musique flambant neuve grâce à l'intervention de personnes en travail d'intérêt général à la MJC des Bourroches, Dijon - Radio France
La salle de musique flambant neuve grâce à l'intervention de personnes en travail d'intérêt général à la MJC des Bourroches, Dijon © Radio France - Sophie Allemand

La MJC est une structure associative, ils reçoivent des TIG sous contrat de 35 heures par semaine en général. Ces personnes adhérent à l'association, "elles sont présentées plutôt comme des stagiaires que des TIG, puisque ça ne regarde personne," explique Hervé Raynier, référent technique et animateur

Reportage à la MJC des Bourroches de Dijon

L'association est locataire des bâtiments de la ville de Dijon et les frais de travaux sont à leur charge. C'est donc donnant-donnant : ils ont reçu un jeune-homme qui avaient un CAP menuiserie, il a rénové toutes les portes de la MJC.

On est plutôt là pour valoriser ce que savent faire ces personnes. Plutôt que dire : "oh c'est pas bien, vous avez fait une erreur, on va vous remettre la tête dans les toilettes," on valorise leurs connaissances - Hervé Raynier

Hervé Raynier, référent technique et animateur social de la MJC des Bourroches à Dijon - Radio France
Hervé Raynier, référent technique et animateur social de la MJC des Bourroches à Dijon © Radio France - Sophie Allemand

"C'est valorisant" : témoignage de Nicolas, bénéficiaire du TIG 

Nicolas a une vingtaine d'année, il a effectué sa peine en travaux d'intérêt général au sein de l'association Ani'nomade à Plombière-les-Dijons. Pendant 140 heures, donc un mois, il a réparé, repeint et pris soin des animaux.

J'ai recréé un lien social, découvert une nouvelle façon de travailler, un nouveau public. C'est valorisant ! C'est aussi une chance que moi je peux donner : j'avais déjà des connaissances dans ce domaine, que j'ai pu appliquer. Je sais bricoler, donc j'ai pu mettre en valeur ces pratiques là et en faire bénéficier l'association - Nicolas, TIG 

Il compte garder un lien avec cette association et demandera à devenir bénévole au sein d'Ani'nomade début décembre. 

J'ai retrouvé du lien social" Nicolas, TIG en 2018 au sein d'Ani'nomades