Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : deux mois après la reprise, bilan avec un restaurateur Orléanais

-
Par , France Bleu Orléans

Début juin, les cafés-restaurants étaient autorisés à rouvrir après la période de confinement imposée par l'épidémie de coronavirus. Deux mois plus tard, quel est le bilan de cette reprise ? Pour Pierre-Emmanuel Degenne, restaurateur orléanais du centre-ville, il est mitigé.

Le restaurant La Taverne place de Loire à Orléans
Le restaurant La Taverne place de Loire à Orléans - Lydie Lahaix

Le 2 juin dernier après 79 jours de fermeture liés au confinement, les bars-cafés-restaurants étaient autorisés à redémarrer leur activité. En cette fin du mois de juillet, deux mois après le redémarrage, certains établissements ont du mal à retrouver une activité normale et souffrent des effets de la crise économique reconnait Pierre-Emmanuel Degenne, l'un des deux gérants du restaurant "La Taverne", située place de Loire à Orléans.

"Il nous manque les touristes étrangers cet été"

"C'est très variable, nous avons retrouvé le consommateur de loisirs en fin de journée les terrasses sont remplies sur les gros emplacements comme la place du Martroi et la place de Loire, mais c'est très compliqué dans les rues autour et pour les établissements qui travaillent le midi, ils n'ont pas retrouvé aujourd'hui cette clientèle qui en plus est déjà partie en vacances, et cela va s'accentuer maintenant jusqu'à la 3ème semaine du mois d'août". 

Pierre-Emmanuel Degenne insiste sur l'importance de l'absence des touristes étrangers "ils s'arrêtaient pour quelques heures, quelques jours mais clairement cette année , ils ne sont pas suffisamment présents".

Pierre-Emmanuel Degenne et son associé à la tête de La Taverne à Orléans
Pierre-Emmanuel Degenne et son associé à la tête de La Taverne à Orléans - Lydie Lahaix

Concernant l'activité cette fois de son propre établissement, le gérant reconnait ne pas être trop mal loti. Son restaurant "La Taverne" installée dans la halle Charpenterie, avait ouvert en décembre 2019, une quarantaine de personnes avaient alors été embauchées. "Aujourd'hui, nos employés ont tous repris le travail, mais financièrement nous sommes des métiers de consommation immédiate et pas d'anticipation, ce que nous avons perdu durant la crise, est perdu". 

"Nous sommes parmi les privilégiés, mais notre profession souffre"

Aujourd'hui, concrètement à part des prêts que nous avons eu, mais qui sont à rembourser, nous n'avons pas eu d'aides, pas d'exonération de charges, ou alors de façon très légère comme les 1500 euros de solidarité. Mais 1500 euros sur une entreprise comme la nôtre, qui a 130.000 euros de masse salariale mensuelle, ce n'est pas grand chose".  

Pierre-Emmanuel Degenne reconnait qu'il fait partie des établissements qui arrivent à s'en sortir, mais "ce n'est pas la réalité de notre profession qui est en souffrance. 10 à 15 % de faillites sont annoncées prochainement, donc il va falloir faire quelque chose".

Le restaurant orléanais a ouvert en décembre 2019
Le restaurant orléanais a ouvert en décembre 2019 - Lydie Lahaix

Face au risque également d'une reprise de l'épidémie de coronavirus, le restaurateur orléanais affiche une franche inquiétude "en tant que citoyen mais aussi pour mes équipes, je ne suis pas rassuré". Et de toute façon nous ne pourrions pas nous permettre d'avoir une deuxième fermeture, ce n'est pas possible" dit-il.

Pierre-Emmanuel Degenne est également le propriétaire du restaurant "Le Brin de Zinc" à Orléans, situé rue sainte Catherine, près de la place du Martroi. Un restaurant qui rouvrira vendredi prochain (le 7 août) pour la première fois depuis quatre mois et demi, il était fermé depuis le confinement pour cause de travaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess