Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

Relance éco : boom de la vente du chocolat depuis la fin du confinement

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Après une période difficile pour les chocolatiers, la vente du chocolat a explosé depuis le déconfinement. A Orléans, les chocolatiers ont vu leurs ventes augmenter de près de 20%, alors même que la période estivale est une période de creux habituellement.

Pâques représente en moyenne 20% du chiffre d'affaires des chocolatiers
Pâques représente en moyenne 20% du chiffre d'affaires des chocolatiers © Radio France - Solène de Larquier

Dans le laboratoire de sa nouvelle boutique, ouverte quelques semaines avant le début du confinement, Sébastien Papion s'active avec l'aide de ses employés. Depuis plusieurs semaines ses ventes ont explosées : "Depuis le déconfinement on a doublé notre chiffre d'affaires du mois de juin et triplé celui de juillet."

Un début de confinement difficile 

Un engouement pour le chocolat qui est le bienvenu après une période qui a été un peu compliquée au début du confinement pour lui et ses 14 employés : "Seuls les magasins de première nécessité avaient le droit d'ouvrir, on s'est dit qu'on ne rentrait pas dans les critères et finalement une semaine après la fermeture on a décidé de rouvrir nos boutiques. On a alors mis en place un drive, la vente en ligne et la livraison à domicile aussi."

Autant de services nouveaux qui ont permis au chocolatier de faire face à la crise et de continuer de travailler, notamment pendant les fêtes de Pâques : "On avait embauché trois coursiers, on livrait 150 colis par jour pendant deux semaines. On n'a pas arrêté."

S'adapter pour faire face à la crise 

S'adapter pour passer la crise et le confinement c'était l'enjeu principal pour Sébastien Papion. Un objectif qu'il a fallu maintenir une fois le déconfinement venu. Alors le chocolatier a décidé de se lancer dans la confection de glaces à base de fruits locaux : "J'ai rapidement compris qu'on allait rouvrir en début de période estivale, quand on mange moins de chocolat, c'est à ce moment-là que j'ai décidé de me mettre à faire des glaces. Je me suis laissé les deux mois de confinement pour faire les tests et lancer toute la production."  

Mais ces changements ont un coût pour le chocolatier, le confinement aura été une période d'investissements paradoxalement : "J'ai investi 50.000 euros dans la production de glaces. Au total on a dépensé plus de 100.000 euros pendant le confinement dans les divers investissements." 

Sébastien Papion a prévu d'employer quatre nouvelles personnes en septembre pour faire face à la demande.

Une tendance nationale 

Et cette augmentation s'avère être en fait une tendance plus globale comme l'explique Daniel Mercier, gérant de la Chocolaterie Royale et vice-président de la confédération des chocolatiers et confiseurs : "Les ventes de chocolat ont globalement augmenté de 15 à 20% partout en France. Dans notre chocolaterie rue Royale, à Orléans, nous avons doublé nos ventes au mois de juillet. Les clients sont revenus dans nos boutiques c'est une bonne chose." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess