Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

Relance éco : les artificiers en grande difficulté

-
Par , France Bleu Orléans
La Ferté-Saint-Aubin, France

Les feux d'artifice ont été interdits par la préfecture du Loiret la veille de la fête nationale. Cette décision a fini de mettre à mal une profession qui était déjà grandement fragilisée par la crise sanitaire. A La Ferté Saint-Aubin, Le Géant de la Fête traverse une crise difficile.

Le magasin le Géant de la Fête est resté fermé pendant près de deux mois, obligeant le responsable à mettre ses 16 salariés au chômage partiel.
Le magasin le Géant de la Fête est resté fermé pendant près de deux mois, obligeant le responsable à mettre ses 16 salariés au chômage partiel. © Radio France - Alexandra Lagarde

Dans l'entrepôt du Géant de la Fête, à La Ferté Saint-Aubin, Franck Gaidot, le responsable du magasin de farces et attrapes et de spectacles de pyrotechnie regarde les étagères remplies de palettes de mortier vides ."D'habitude à cette période tous les mortiers sont pleins et prêts à partir. Là, ils ne bougeront pas avant 2021 malheureusement". En effet, aucun feu ne sera finalement tiré cette année dans le Loiret. 

Aucun feu d'artifice dans le Loiret 

La décision a été annoncée par la préfecture du Loiret, à la dernière minute, pour cause de risques d'incendie. Une décision difficile pour les artificiers, après un début de saison déjà compliqué : "nous savions que cette année allait être compliquée du fait des municipales. C'est un peu le jeu des chaises musicales à chaque fois qu'elles ont lieu. Et puis la crise due au Covid-19 est arrivée, alors que nous étions en plein démarchage pour les feux d'artifice du 14 juillet" rappelle Franck Gaidot.  

Franck Gaidot regarde les palettes de mortier vide sur les étagères de son entrepôt, à La Ferté Saint-Aubin.
Franck Gaidot regarde les palettes de mortier vide sur les étagères de son entrepôt, à La Ferté Saint-Aubin. © Radio France - Alexandra Lagarde

La plus grosse soirée de l'année 

Habituellement, l'artificier, numéro 1 dans la région, réalise 200 feux d'artifice le soir du 14 juillet, soit 80 % de son activité annuelle, mais cette année il a dû revoir ses plans et surtout son calendrier. "Dès le début de la crise, nous avons proposé aux collectivités de reporter leurs feux et nous avons réfléchi à une thématique en lien avec le contexte actuel. Nous avons proposé une thématique appelée "Merci" pour remercier le personnel soignant qui nous a beaucoup aidé pendant cette période de crise" explique Franck Gaidot. "Et puis cette thématique nous permet de faire des feux jusqu'à la fin de l'année et pas seulement pendant la fête nationale." 

Baisse de 50% du chiffre d'affaires 

Grâce à ces reports de feux et à cette thématique dans l'air du temps, l'artificier espère faire 50 spectacles d'ici la fin de l'année. Malgré tout son chiffre d'affaires est au plus bas, avec une baisse de plus de 50% depuis le début de la crise, et ce sont tous ses collaborateurs qui vont pâtir de cette situation. "Le monde des artificiers est comme un iceberg. Il y a tout ce que l'on voit les paillettes, les feux et puis il y a tout ce que l'on ne voit pas. D'habitude, je fais travailler 200 artificiers le soir du 14 juillet, je loue 60 camions. Cette année tous ces collaborateurs ne travailleront pas ou très peu".

Réorienter son activité 

Alors, pour faire face à cette crise qui risque de durer, Franck Gaidot a décidé de réorienter son activité pour les prochains mois. "Nous nous sommes tournés vers des activités anciennes auxquelles nous n'accordions pas beaucoup de temps, comme les mariages par exemple. Nous avons essayé de les développer. Nous proposons, par exemple, des mallettes de feux d'artifice prêtes à l'emploi à des prix relativement raisonnables pour toucher tous les publics. On s'adapte pour s'en sortir". 

En France seuls 5% des feux d'artifice habituels seront tirés pour la Fête nationale

Choix de la station

À venir dansDanssecondess