Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

Relance éco : les cirques et écoles de cirques reprennent difficilement leurs activités

-
Par , France Bleu Orléans

Alors que tout repart, les cirques et les écoles de cirque sont encore fermés. A Saint-Jean-de-Braye, l'école de cirque Alexis et Anargul Gruss est elle aussi à l'arrêt depuis plus de trois mois et la reprise est très encore très lente.

Le cirque de près de 2.000 carré doit rouvrir début juillet pour ses stages d'été.
Le cirque de près de 2.000 carré doit rouvrir début juillet pour ses stages d'été. © Radio France - Alexandra Lagarde

Lumière tamisée et tissus rouges, dans le hall du chapiteau, Alexis Gruss, finit d'installer les derniers objets de décoration : "l'avantage du confinement, c'est que nous avons pu finir les travaux avant cet été. Nous pensions le faire après la saison, finalement on a tout fini en avance." 

Arrêt des activités 

Sous le chapiteau de près de 2.000 m², les grandes salles semblent bien vides et Alexis Gruss tout petit. "Du jour au lendemain nous avons fermé. Au début on pensait que ce serait pour une semaine, et puis ça a duré trois mois" dit-il en riant. Garder le sourire et rester optimiste, c'est important pour le circassien et directeur de l'école : "nous recevions des écoliers toutes les semaines, des enfants licenciés dans notre école, nous organisions aussi des spectacles pour les entreprises. Forcément ça fait un manque à gagner, mais on reste optimiste." 

Pendant le confinement Alexis Gruss a pu enfin finir les petits travaux qu'il voulait réaliser dans son chapiteau.
Pendant le confinement Alexis Gruss a pu enfin finir les petits travaux qu'il voulait réaliser dans son chapiteau. © Radio France - Alexandra Lagarde

Un gros manque à gagner 

Un manque à gagner qui se chiffre en plusieurs centaines de milliers d'euros depuis le début du confinement, selon Alexis Gruss : "nous n'avons pas fait de calculs très précis maisje sais qu'aujourd'hui nous avons perdu presque 100.000 euros." Installée depuis une dizaine d'années à Saint-Jean-de-Braye, Alexis Gruss n'avait jamais connu une période comme celle-ci : "ces dernières années nous avions connu un développement important de nos structures. Nous venions de faire de nouveaux investissements, qui devaient nous permettre d'accueillir plus de monde encore, malheureusement avec les nouvelles mesures nous allons devoir oublier cette idée." 

Relancer la machine avant tout 

Mais le plus important pour le circassien, à ce jour, c'est de relancer les activités : "nous avons appris mi-juin que nous allions pouvoir reprendre les stages d'été. Nous sommes contents de savoir que nous allons pouvoir de nouveau accueillir des enfants. Au-delà la question financière, il est surtout important de relancer la machine. Nous employons des circassiens étrangers qui sont restées pendant le confinement, il est temps qu'ils reprennent leurs activités Et puis un circassien qui ne fait pas de cirque se meurt un peu plus chaque jour." 

Dans cette salle Alexis Gruss reçoit les enfants lors des diverses activités. Mais depuis la mi-mars elle reste bien vide.
Dans cette salle Alexis Gruss reçoit les enfants lors des diverses activités. Mais depuis la mi-mars elle reste bien vide. © Radio France - Alexandra Lagarde

Mesures barrières dans le cirque 

Malgré tout, le Covid-19 et les règles de distanciation sont passés par là, faire du cirque, avec des enfants qui plus est, en période coronavirus demande beaucoup d'organisation. Alexis Gruss nous explique les mesures barrières qu'ils vont mettre en place :  "nous avons soumis notre protocole à la préfecture, elle nous a répondu favorablement. Après concrètement nous allons demander aux gens de porter des masques, de se désinfecter les mains. Et puis nous allons enlever certains agrès ou les modifier, sur les trapèzes, par exemple, nous allons retirer les rubans en tissus." 

Et lorsqu'on lui demande si le cirque et son ambiance seront modifiés par ces nouvelles mesures, le circassien reste optimiste, encore une fois : "je ne pense pas que ces mesures modifieront beaucoup l'ambiance dans le cirque. Nous continuerons de faire les mêmes figures, les mêmes activités. Simplement ce sera plus complexe à gérer pour nous. Mais l'essentiel c'est qu'on rouvre, qu'on reprenne nos activités, pour le reste on gérera.

Le cirque c'est toute notre vie 

Sur les tapis de gymnastique posés au sol, les quatre enfants d'Alexis Gruss, s'entraînent. Eux, n'ont jamais arrêté pendant le confinement : "je disais à mes enfants de continuer de s'entraîner, de travailler dur tous les jours car les carrières des circassiens sont courtes et difficiles. Et puis le cirque dans notre famille c'est de générations en générations quel que soit les événements. C'est toute notre vie."

Les quatre enfants s'entraînent sous le regard attentif de leur père circassien.
Les quatre enfants s'entraînent sous le regard attentif de leur père circassien. © Radio France - Alexandra Lagarde
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu