Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Remise à neuf de la cuve du château d’eau de Chanteloube à Fresselines

dimanche 28 janvier 2018 à 8:00 Par Fabien Arnet, France Bleu Creuse

Pour la 1ère fois depuis sa construction il y a 50 ans, le château d’eau de Chanteloube fait l’objet d’importants travaux de nettoyage et d’étanchéité. Pendant le chantier, qui va durer 2 mois, les habitants seront alimentés par la commune d’Orsennes, dans l’Indre.

Le château d'eau de Chanteloube, commune de Fresselines, alimente 736 habitants
Le château d'eau de Chanteloube, commune de Fresselines, alimente 736 habitants © Radio France - Fabien Arnet

Fresselines, France

« Les employés municipaux font un entretien une fois par an… là _on refait tout l’intérieur de la cuve_. » Jean-Louis Moreau, le président du Syndicat Intercommunal d’Adduction d’Eau Potable (SiAEP) de Fresselines-Chambon-Sainte-Croix, mène une opération d’envergure.

Pour la première fois depuis 1968, année de construction du château d’eau de Chanteloube, la cuve en béton est totalement rénovée. « Elle est en mauvais état, elle a des faiblesses d’étanchéité. »

L'enfilade des deux échelles qui permettent d'accéder au bas de la cuve - Radio France
L'enfilade des deux échelles qui permettent d'accéder au bas de la cuve © Radio France - Fabien Arnet

C’est une cuve de 300 mètres cube, environ 8 mètres de haut pour un peu plus de 20 mètres de circonférence.

Pour y accéder, on prend deux échelles sécurisées qui amènent à un niveau intermédiaire, une sorte de passerelle. On pénètre dans la cuve et on progresse à l’intérieur grâce à une autre troisième échelle. « L’ancien revêtement est cloqué et poreux », juge Laurent Daguenet, chef d’équipe pour la société SA Résina (Saint-Soupplets, en Seine-et-Marne).

La résine intérieure de la cuve est "cloquée et poreuse" - Radio France
La résine intérieure de la cuve est "cloquée et poreuse" © Radio France - Fabien Arnet

Je mets la résine en miettes"— Tiago Caldas (Aquatech+)

C’est à cet endroit que Tiago Caldas, de la société Aquatech+ (Montataire, dans l’Oise), a installé un échafaudage mobile. Il attaque la première phase des travaux : le décapage de la résine interne de la cuve. « Je travaille avec un nettoyeur à très haute pression, de 2500 bars (NDLR : 12 fois plus puissant que le matériel utilisé par les employés municipaux). Je mets la résine en miettes, en quelque sorte. Ensuite je fais le ménage pour rendre la cuve le plus propre possible. Ca va relativement vite, dans quelques jours j’aurai fini. »

La troisième échelle qui permet de progresser dans la cuve - Radio France
La troisième échelle qui permet de progresser dans la cuve © Radio France - Fabien Arnet

L’équipe de Laurent Daguenet prendra le relais, pour assécher la cuve, faire un ragréage de ciment, et appliquer plusieurs couches de résine renforcées par une toile armée. « C’est une résine époxy alimentaire, spéciale pour les cuves. On va aussi nettoyer les conduites et repeindre. »

On ne peut pas se permettre d'avoir des déchets dans la cuve" — Jean-Louis Moreau (SiAEP Fresselines-Chambon-Sainte-Croix)

A l’extérieur, la couverture va être traitée contre les infiltrations. « La couche de terre sur le dessus va être retirée. C’est étonnant mais jusqu’à présent la terre servait d’isolant, elle gardait la fraîcheur."

Sur la couverture du château d'eau, il faut enlever la terre qui servait d'isolant naturel - Radio France
Sur la couverture du château d'eau, il faut enlever la terre qui servait d'isolant naturel © Radio France - Fabien Arnet

Pour le SiAEP de Fresselines-Chambon-Sainte-Croix, la facture s’élève à plus de 50000€. « Financièrement le syndicat se porte bien, assure Jean-Louis Moreau. Et puis pour les usagers il faut de l’eau propre. On ne peut pas se permettre d’avoir des déchets dans la cuve."

Dans l’avenir, il faudra aussi remplacer le réseau d’eau « qui est vieux. L’eau est très acide mais on fait tous les traitements nécessaires, aux UV, au chlore, on a un réservoir de Neutralite pour épurer l’eau… tout va bien. »

En attendant la fin des travaux, prévue mi-mars, les 736 habitants du secteur seront alimentés par la commune d’Orsennes, dans l’Indre.

L'équipe au complet - Radio France
L'équipe au complet © Radio France - Fabien Arnet