Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Remontées mécaniques : la région Occitanie et quatre de ses départements saisissent aussi le Conseil d'État

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu Roussillon

La région Occitanie et quatre de ses départements, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Garonne, l'Ariège et les Pyrénées-Orientales rejoignent la saisine du Conseil d'État lancée par la région Rhône-Alpes. Ils s'opposent en effet à la fermeture des remontées mécaniques dans les stations de ski.

Les stations de ski risquent de rester vides cet hiver.
Les stations de ski risquent de rester vides cet hiver. © Maxppp - Cédric Méravilles

La région Occitanie se rajoute elle-aussi à la fronde. Cinq nouvelles régions s'associent au recours de l'Auvergne-Rhône-Alpes devant le Conseil d'État pour contester la fermeture des remontées mécaniques dans les stations de ski. La saisine est donc désormais soutenue par six régions, l'Occitanie mais aussi la Nouvelle Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Bourgogne-Franche-Comté et la région Grand Est.

Quatre départements occitans

Les quatre départements d'Occitanie qui comptent des stations de ski, à savoir l'Ariège, la Haute-Garonne, les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Orientales s'associent également au recours déposé devant le Conseil d'Etat. 

Pour le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez, qui a pris l'initiative de ce recours, "l'interdiction d'opérer les remontées mécaniques en stations est une décision illogique qui n'est pas fondée sur des critères sanitaires". Tout en faisant valoir que "l'interdiction générale et absolue n'est pas légale. Il y a d'autres moyens que la fermeture totale des remontées"

La fermeture des remontées mécaniques crée en tout cas de véritables crispations dans les stations de ski et une colère des professionnels, y compris dans les vallées des Pyrénées qui en vivent. 

Les marches et les manifestations se multiplient depuis ce jeudi dans les montagnes. Une centaine de personnes se sont ainsi rassemblées ce jeudi à Ax-les-Thermes, près de 500 aux Angles à Font-Romeu. 

Une marche est également prévue à Luchon ce vendredi à 14h avec les professionnels du secteur et les élus locaux pour protester contre les décisions gouvernementale. Le délai d'examen des référés au Conseil d'Etat est en principe de 48 heures. Une décision est donc attendue en début de semaine prochaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess