Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Remplacer la statue de Napoléon par celle d'une femme : le maire de Rouen veut lancer une consultation

Le maire de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol veut lancer une consultation pour savoir si les Rouennais et Rouennaises seraient favorables à l'installation d'une statue à l'effigie d'une femme sur le parvis de l'hôtel de ville, à la place de celle de Napoléon, enlevée pour réparation.

La statue de Napoléon a été enlevée le 2 juillet à cause d'une fissure dangereuse
La statue de Napoléon a été enlevée le 2 juillet à cause d'une fissure dangereuse © AFP - Lou Benoist

Le maire socialiste de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol a proposé, lors d'une conférence de presse ce jeudi, de remplacer la statue de Napoléon du parvis de l'hôtel de ville par une figure féminine. Le maire souhaite ouvrir une consultation citoyenne. Ce serait donc aux Rouennais et aux Rouennaises de choisir. 

Nicolas Mayer-Rossignol a cependant confié qu'il aimerait bien que ce soit une statue représentant Gisèle Halimi, car ce serait la première fois qu'une ville rendrait hommage à l'avocate féministe, morte à 93 ans le 28 juillet : c'est elle qui a ouvert la voie à la dépénalisation de l'avortement, en faisant relaxer en 1972 une mineure jugée pour avoir avorté après un viol. 

C'est bien de féminiser les noms de rue, mais c'est toujours la petite rue planquée !

"Il y a Simone Weil aussi, mais elle est déjà présente dans l'espace public rouennais, il y a un CFA à son nom", raconte au téléphone Nicolas Mayer-Rossignol pour expliquer son choix, ajoutant : "C'est bien de féminiser les rues, mais c'est toujours la petite planquée et pas l'endroit bien visible !"

Capture d'écran du tweet de Nicolas Mayer-Rossignol
Capture d'écran du tweet de Nicolas Mayer-Rossignol - Olivia Cohen

Cette statue de Napoléon à cheval, en bronze, a été retirée début juillet, parce que son socle présentait une fissure dangereuse. Nicolas Mayer-Rossignol assure qu'il n'est pas question de détruire la statue de Napoléon et qu'elle pourrait être implantée ailleurs à Rouen, "par exemple sur l’Île Lacroix, à proximité du Pont Corneille dont Napoléon Ier avait décidé la construction".

De nombreuses réactions

La proposition du maire de Rouen n'a pas tardé à faire réagir. D'abord le Rassemblement national : Guillaume Pénelle, élu RN au conseil régional de Normandie, parle d'une "initiative grotesque et coûteuse"

À la mairie, le président du groupe d'opposition droite et centre Jean-François Bures trouve l'idée affligeante : "Féminiser les noms de rue, oui, mais déboulonner des statues, c'est pathétique", nous a-t-il dit par téléphone.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess